×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tourisme: Feu vert pour Beachcomber à Tamesloht

Par L'Economiste | Edition N°:2361 Le 14/09/2006 | Partager

. Annoncé en janvier, l’investissement s’élève à 1,8 milliard de DH. Au total, ce sont plus de 4 milliards de DH injectés dans le Haouz L’hôtellerie de luxe s’éloigne de plus en plus de Marrakech pour s’installer dans sa région. Premier bénéficiaire: le Haouz, dont les multiples atouts attirent petits et gros investisseurs depuis deux ans. Et ce n’est que juste cause pour cet arrière-pays si riche et pourtant négligé. Mais la tendance s’inverse, et les plus gros opérateurs mondiaux s’y intéressent. Ce n’est pas encore officiel, mais on parle en coulisses d’un important investissement financé par un fonds arabe du golfe. L’enveloppe serait de 7 milliards de dirhams. Après le groupe français Alain Grenn, c’est au tour de l’enseigne Beachcomber, un groupe mauricien, d’investir la région. Comme l’annonçait L’Economiste en janvier dernier, la société Domaine Palm Marrakech, dont les principaux actionnaires sont le New Mauritius Hotel Limited (NMH) - plus connue sous le nom Beachcomber - et le groupe CSD/Frenton ont conclu, mardi dernier une convention de partenariat avec le gouvernement marocain pour un projet sis sur 250 hectares (cf. www.leconomiste.com). L’Etat a cédé un terrain domanial au prix de 60 DH/m2 (indemnisations des occupants non incluses). En principe, la société Domaine Palm Marrakech aura 6 mois pour achever les études de terrain et presque autant pour démarrer les travaux. Mais rien n’empêche l’investisseur d’accélérer la cadence. En effet, le management du groupe NMH avait annoncé, à l’île Maurice, cet investissement lors de la publication des résultats annuels au début de l’année. Le lancement du chantier était prévu pour fin juillet dernier. Le projet représente une enveloppe de 1,8 milliard de dirhams et concerne la mise en œuvre d’un projet touristique golfique haut de gamme à Tamasloht avec la création à terme de 5.300 lits. Le programme contribuera ainsi à la création de plus 1.500 emplois directs. L’idée est de créer un complexe de luxe sous forme d’un village doté de facilités commerciales, para hôtelières et résidentielles. Le chantier est censé durer 5 ans. La première unité hôtelière aura une capacité de 720 lits. Il s’agit d’un hôtel de luxe qui portera la célébrissime enseigne Royal Palm de la société NMH. La construction de l’hôtel proprement dit devrait prendre fin en décembre 2008.


Une future cité touristique

Tamesloht devrait se transformer rapidement en zone touristique très haut gamme. Avec ce dernier investissement, le petit village capitalisera près de 5 milliards de dirhams, bien plus que ce que réalise une grande ville. Le promoteur immobilier Alain Grenn, qui a conclut au tout début de 2006 une convention de partenariat entre sa société de droit marocain, Samanah, et l’Etat marocain pour un investissement de 2,5 milliards de dirhams, a déjà achevé ses villas témoins. A noter que ce dernier a eu des difficultés à démarrer ses travaux. En effet, un problème foncier non apuré avait été omis lors de la signature du contrat. Un oubli rapidement résolu après des manifestations et un sérieux lobbying des occupants. Le promoteur a mis la main à la poche en indemnisant à hauteur de 170.000 DH/ha, en plus des 300.000 DH/ha versés à l’Etat. De notre correspondante, Badra Berrissoule

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc