×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Total se privatise

    Par L'Economiste | Edition N°:30 Le 21/05/1992 | Partager

    Le gouvernement français a décidé de ramener de 31,7% à 5% la participation directe de l'Etat dans la compagnie pétrolière Total. En y ajoutant les 10% qui seront détenus par les entreprises du secteur public, l'Etat ne contrôlera plus que 15% du capital de Total.
    Actuellement, le capital du pétrolier français est détenu à 31,7% directement par l'Etat et 2,2% par les assureurs publics AGF et GAN.
    Cette opération de cession d'actif, qui suit celle d'Elf Aquitaine en Mars dernier, devrait rapporter 6 milliards de Francs environ.
    La raison, qui aujourd'hui conduit au désengagement de l'Etat, est de financer "la lutte contre le chômage".
    Contacté par Bercy, sans le gouvernement de Mme Cresson et mis au point ces dernières semaines, la participation partielle de Total a été rendue publique vendredi 15 Mai.
    Elle compte plusieurs étapes.

    Dans un premier temps, l'Etat a décidé de procéder à une opération d'échange des certificats pétroliers (titres qui ne donnent pas de droit de vote) qu'il avait émis, contre des actions du groupe (quatre certificats pour trois actions). Cette opération, "financièrement blanche" va se traduire par une diminution de 6,7% de la participation de l'Etat dans le capital de Total. Seconde étape, 7,8% des parts de l'Etat vont être cédées à des entreprises du secteur public. Avec les 2,2% détenus par le GAN et AGF, ce sont 10% de Total qui seront entre les mains d'entreprises publiques.
    Enfin, l'Etat cédera 12% des actions qu'il détient sur le marché. Cette cession sera réalisée "à une date qui sera fixée ultérieurement en fonction de la conjoncture boursière". Mais, préalablement, Total doit convoquer, le 2 Juin, une assemblée générale extraordinaire où sera proposée une modification des statuts de l'entreprise. Pourra-t-on alors parler de groupe privé ?

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc