×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Thalasso: La Jet Set au banc d'essai

Par L'Economiste | Edition N°:202 Le 02/11/1995 | Partager

Un nouveau centre de thalasso ouvre à Agadir au Tikida Beach; C'est le 2ème au Maroc et ses promoteurs veulent faire de cette thérapie un loisir et un produit touristique. Pour le lancer, rien ne vaut les locomotives de la Jet Set parisienne.


Entre les grosses chatouilles et de bonnes caresses, la thalassothérapie est le seul traitement par le plaisir. On n'y guérit pas le mal par le mal. Il n'y a pas de pilule amère à avaler ou de seringues pour piquer les fesses. Et pourtant, l'eau de mer et les bains de boue soulagent les mêmes maladies, rhumatismes et dépressions.
La thalassothérapie est en plus chic et branché. C'est pourquoi les promoteurs de "l'Institut Marin d'Agadir", le second du genre au Maroc après celui du Riad Salam à Casablanca, ont, pour son ouverture, invité quelques "locomotives" de la Jet Set parisienne à l'affiche des fameuses pages "people" de tous les magazines.
Eddy Barclay, le plus fameux de tous, était là. Il a abandonné la production de disques, mais les éditions à son nom continuent de lui verser suffisamment de royalties pour donner quelques fêtes à Saint Trop'. C'est lui qui, il y a 35 ans, a fait la génération Yé-yé des Johnny et des Adamo. Mais aujourd'hui, ce n'est plus Sylvie Vartan qui est accrochée à son bras, mais Caroline, sa nouvelle femme, qui a l'âge d'être sa petite-fille. Eddy Barclay s'est fait une nouvelle identité de croque-demoiselles.

Celles-ci en retour ont un tremplin pour une carrière de mannequin ou d'actrice. Il suffit d'être près d'Eddy et de lui caresser la calvitie quand le photographe de Gala (voilà un autre homme important) règle son objectif. Clic clac! Eddy peut reprendre une petite gorgée de pastis, son carburant préféré.
Monsieur apprécie aussi les douces mains de la masseuse, une jeune kiné marocaine: le centre de thalassothérapie du Tikida Beach en a recruté 8, soit la moitié d'une promotion. Le tourisme sait créer des emplois, pourvu qu'il soit original.
Mais M. Barclay ne peut profiter, en raison de quelques ennuis de santé, des bienfaits des bains bouillants aux algues, un délice narcissique que de recevoir la pression sur la nuque, sur le dos, sur les fesses. Sa jeune femme, elle, essaie le stretching aquatique, gymnastique apaisante, dans une petite piscine à l'eau de mer, chauffée à 34°.
L'occasion de papoter avec Gabrielle Lazure, actrice de second rang, mais vedette des reporters photos. Les belles filiformes évoquent le millimètre de cellulite qu'elle vont soumettre à la fangothérapie (boues marines) ou à la douche au jet.
Autre discours chez une autre femme, légère (physiquement), mais "locomotive" quand même, Eve Ruggieri, qui multiplie à tous propos les superlatifs parisiens "sublime, génial, divin!!" à Yves Saint-Martin. Celui-ci est arrivé à être "le plus grand jockey de tous les temps", parce qu'il était le plus petit par la taille. Il s'est reconverti au golf, à la Jet Set et à la thalasso.

Tout ce beau monde est invité pour revenir, avec ses multiples amis, et développer une mode pour l'endroit: les dirigeants du centre font de cette opération un moyen de promotion. Hermès est chargé de la partie française et Saga de la partie marocaine.
Pourtant, la thalasso est défendue en tant que thérapie à part entière. Elle consiste à combler le déficit en iode, zinc, fer et tous les autres minéraux contenus dans l'eau de mer. Le principe est que l'eau chaude ouvre les pores et que les minéraux pénètrent le corps. En France, la rééducation et le massage sont remboursés par la Sécurité Sociale.
C'est un centre de Saint-Raphaël (non loin de Saint Trop') qui cherchait une expansion internationale vers le Maroc. Patrick Wateau croise au hasard de la prospection les patrons du Tikida Beach. La famille Benabbès Tâarji et M. Guy Marrache, déjà associés à Marrakech dans un hôtel (le Tikida) et une agence de voyages (Holidays Inn) avaient trouvé un associé de choix, TEI. C'est un tour opérateur allemand, le premier du monde en voyageurs et en chiffre d'affaires. Associé, le TO est bien obligé de trouver des clients pour un hôtel qu'il possède à 50%. L'établissement, au bout de la plage et les pieds dans l'eau, voulait se donner le plus de l'animation sportive et du fitness, car plus aucun touriste ne veut bronzer idiot. La thalassothérapie est venue compléter le produit: 16 millions de DH seront investis en aménagements par les Benabbès-Marrache-TEI et Wateau qui lient leur sort dans une société commune, créée pour cela. L'argent devrait entrer de partout.

Khalid BELYAZID.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc