×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Textile: Un label «made in Europe«

Par L'Economiste | Edition N°:1634 Le 30/10/2003 | Partager

. L'UE veut protéger son industrie à l'approche de la disparition du régime des quotasLa Commission européenne a avancé des pistes, comme la création d'un label «made in Europe«, pour protéger son industrie textile qui risque de subir le contrecoup de la disparition fin 2004 du régime des quotas dans le commerce international de ces produits. La suppression progressive d'ici au 1er janvier 2005 de contingents limitatifs sur les importations de textiles, décidée en 1994 à l'issue des négociations de l'Uruguay Round, va se traduire par une hausse des importations en provenance de pays comme la Chine et l'Inde, a souligné mardi le commissaire européen au Commerce Pascal Lamy. Malgré les risques, l'UE n'entend pas délaisser son secteur textile qui «a un vrai avenir en Europe«, a affirmé M. Lamy lors d'une conférence de presse. Pour préserver le secteur, qui emploie 2,1 millions de personnes dans l'UE auxquelles il faut rajouter un autre demi-million après l'élargissement, il faut donc accroître les exportations, selon le commissaire. Aux yeux de Pascal Lamy, l'Europe peut, dans sa conquête de nouveaux marchés, tirer profit d'un «grand avantage« qui est son «image«, grâce à la «qualité et au design« de ses produits textiles. D'où l'idée «d'explorer la possibilité de créer un étiquetage made in Europe« pour les produits du textile et de l'habillement, ce qui permet «d'augmenter la confiance des consommateurs«, a estimé le commissaire. Pour percer sur de grands marchés d'avenir comme ceux de la Chine et de l'Inde, l'UE espère obtenir, dans le cadre des négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), une baisse des droits de douane sur le textile, notamment en Inde qui pratique les tarifs les plus élevés. L'UE veut par ailleurs défendre ses partenaires stratégiques, notamment dans la zone Méditerranée, qui risquent d'être également lésés par la fin du régime des quotas. La Commission souhaite que la libre circulation des produits textiles dans la «zone euroméditerranée« soit effective dès 2005.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc