×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Terminator n'en finit pas

Par L'Economiste | Edition N°:24 Le 09/04/1992 | Partager

La dernière réplique dans "Terminator" avait été: "I'll be back". Promesse tenue: voici Arnold Schwarzenegger de retour dans "Terminator II". Mission: il est chargé de sauver l'avenir de l'humanité et de sauvegarder le jeune adolescent John Connor (interprété par l'extraordinaire Edward Furlong) qui va tenter de libérer sa mère, Sarah, (interprétée par Linda Hamilton) injustement internée dans un asile (la science fiction reprend les sentiments familiaux pour émouvoir). John, deviendra dans le futur, le combattant de la liberté contre les machines devenues folles.
Malheureusement, un autre cyborg T-1000, aux pouvoirs extraordinaires et beaucoup plus élaborés, est envoyé sur terre, avec pour mission fatale, d'anéantir le T.800, autrement dit Arnold Schwarzenegger, ainsi que John et sa mère. Le cauchemar recommence donc, et la règle du jeu est toujours la même: l'un protège, l'autre détruit. Schwarzenegger ne tue plus personne mais va au contraire, obéir et protéger le jeune adolescent. Cluant à l'autre "machine", elle a pour mission de suivre à la trace, Sarah et son fils ainsi que le T.800 interprété par Schwarzenegger, afin de les détruire.
Une terrible course-poursuite va s'engager, provoquant chez le spectateur des sensations d'effroi, de stupeur. Devant le terrible combat qui va opposer les deux machines, incarnations mêmes de la paranoïa destructrice, Sarah et John vont devoir affronter la violence à son paroxysme mais aussi l'angoisse d'une guerre nucléaire annoncée le 29 Août 1997 dès le début du film.
Réalisé par fames Cameron, Terminator II, dont le budget a été estimé à un peu plus de 90 millions de Dollars, a déjà dépassé les 160 millions de Dollars de recette au Box-office, aux Etats-Unis. Terminator devient, de ce fait, le plus gros succès de l'histoire de la firme indépendante Carolco qui a produit le film. C'est aussi le film le plus cher de l'histoire du cinéma. Sur le plan commercial du moins. Arnold Schwarzenegger est intervenu sur le montage financier du film et a participé ainsi à la production de TerminatorII. Des coûts nécessaires à la débauche d'effets spéciaux.
Les effets spéciaux sont littéralement prodigieux, ce dont, à vrai dire, on ne doutait pas. Néanmoins, la limite de ce film palpitant reste son ambition de produire du spectaculaire avant toute chose.
Les 43 plans créés par les 35 spécialistes d'ILM (industrial Light and Magic) en images de synthèse sont époustouflants. Pourtant, en apparence, la technique paraît simple.
Par exemple, pour le T.1000 incarné par l'acteur Robert Patrick, les données recueillies, ont été compilées sur ordinateur, et ont donné ainsi naissance sur écran à un cyborg synthétique en trois dimensions, un moyen meilleur que le simple dessin. Tous les effets spéciaux ont été mis au point par ordinateur et le résultat est garanti. Les scènes fabriquées par ordinateur atteignent ainsi un niveau de perfection absolue. Le plus beau moment est celui de l'explosion thermonucléaire sur Los Angeles avec images synthétiques, trucages à l'ordinateur, enregistrement optique digital. Le cinéma de demain!
Imaginez un cyborg en métal liquide, une menaçante créature robotisée à l'extrême (interprété par Robert Patrick), technologiquement indestructible et tellement avancée qu'elle peut prendre à volonté la forme de tous les humains qu'elle touche, Mieux, ses bras se transforment, sous vos yeux, immédiatement, en lames sifflantes et terriblement meurtrières. De plus, lorsque la tête du T.1000 est fendue en deux, quelques minutes suffisent aux morceaux pour se récoller par une opération d'autochirurgie magique. Par ailleurs, le film a obtenu, à la cérémonie des oscars, l'Oscar pour le meilleur maquillage, pour les meilleurs effets spéciaux, pour la meilleure bande sonore et pour les meilleurs effets sonores.
TerminatorII, est à l'image de son époque. Au début des années 80, avec la course aux armements, la menace atomique etc ..., l'avenir était très sombre. Aujourd'hui, il semble y avoir quelques lueurs d'espoir avec le nouvel "ordre mondial". Le monde sait quel avenir il veut et essaye de se donner les moyens de contrôler les événements. Tel est le message essentiel du film positif et plutôt réconfortant.

Nadia ELBAZ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc