×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Télécoms
Téléphonie fixe: «Nous n'avons pas fait obstruction à l'arrivée d'un nouvel opérateur»
Entretien avec Abdesslam Ahizoune, président-directeur général de Maroc Telecom

Par L'Economiste | Edition N°:1624 Le 16/10/2003 | Partager

Abdesslam Ahizoune livre les raisons pour lesquelles l'appel d'offres pour le fixe a essuyé un échec. Il s'arrête aussi sur les dernières innovations, WiFi, ADSL… et fait part de ses ambitions à l'international. . L'Economiste: Quelle est votre appréciation du marché mondial des télécommunications?- Abdesslam Ahizoune: Le marché international des télécommunications est encore en convalescence après la crise due aux erreurs d'appréciation sur l'UMTS et la course aux développements externes, qui ont entraîné un surendettement des opérateurs. Mais la bulle est derrière nous et les signes de reprise se multiplient. Les résultats opérationnels des sociétés de télécommunications sont excellents. Sur le moyen et long termes, il n'y a nullement lieu de s'inquiéter et nous sommes très optimistes: les télécommunications sont au coeur de l'économie moderne, qui en a un besoin vital pour fonctionner.. La montée de Vivendi Universal dans le capital de Maroc Telecom aura-t-elle un impact sur votre stratégie?- Vivendi Universal est entrée dans le capital de Maroc Telecom en 2001. Cette prise de participation a été bénéfique pour la société, VU participant à la modernisation et au développement de Maroc Telecom et lui apportant son appui technique. La montée de VU dans le capital de Maroc Telecom n'aura pas d'autres conséquences que la poursuite de la stratégie déjà engagée. . L'incertitude de l'arrivée d'un nouvel opérateur sur le fixe est une aubaine pour Maroc Telecom. Il se raconte même que votre partenaire ferait obstruction.- Ni Maroc Telecom ni son partenaire Vivendi Universal n'ont tenté de faire obstruction à l'arrivée d'un nouvel opérateur. Du reste, l'appel d'offres a bien été lancé par l'ANRT et ce n'est pas de la responsabilité de Maroc Telecom et de Vivendi Universal si aucun opérateur ne s'est présenté. Les raisons de cet échec sont aujourd'hui bien connues: l'autorisation donnée au Mobile d'offrir le Fixe, au mépris du cadre réglementaire en vigueur, alors que le Fixe est déjà sérieusement concurrencé par le Mobile, les tarifs de terminaison du trafic (interconnexion) sur le réseau du Fixe trop bas, la fraude qui ne cesse de se développer… Malgré tout, Maroc Telecom continue à investir dans des infrastructures particulièrement utiles pour les entreprises et la modernisation du pays, et à offrir des services haut débit, comme l'ADSL ou le WiFi. Nous ne négligeons pas davantage le trafic domestique, qu'il s'agisse de la voix (forfaits El Manzil, prépayé du fixe...) ou d'Internet (forfaits Toucompri, Toucompri Soir et Week End…). Et pourtant, il s'agit d'investissements coûteux dont la rentabilité n'est pas garantie. On continue, hélas, à faire payer au Fixe le développement du Mobile alors que ce dernier représente aujourd'hui plus de 6 fois le parc du premier.. L'euphorie du prépayé étant passée, quelles sont les nouvelles niches de croissance?- Comme vous le savez, nous venons de fêter notre 5 millionième client. Le prépayé, tout comme le postpayé d'ailleurs, continue de progresser et je suis persuadé qu'il a encore des marges de croissance importantes. Le téléphone mobile est devenu pour tous, quels que soient l'âge ou la catégorie sociale, un outil aussi personnel qu'une montre ou qu'un transistor autrefois. Qui n'a pas de montre aujourd'hui, même si le portable donne l'heure? Au surplus, il évolue très vite et offre sans cesse de nouveaux services: SMS, MMS, GPRS, etc. Maroc Telecom est aujourd'hui le seul opérateur au Maroc à mettre à la disposition de ses clients toute la gamme de ces nouveaux services.. Quel bilan faites-vous de ces nouveaux services?- Le marché marocain est très friand des services comme le SMS et depuis peu le MMS. Nos clients sont jeunes et ces innovations correspondent à leur envie de nouveautés technologiques. Le MMS que Maroc Telecom a introduit en juin dernier connaît des débuts très prometteurs et je suis certain qu'ils se confirmeront. Avec le SMS, il sert de laboratoire au téléphone de la 3e génération.. L'avenir des télécommunications est dans la téléphonie mobile et le haut débit. Or, on constate que l'ADSL perce difficilement. A quoi attribuez-vous cela?- Maroc Telecom a déployé la technologie ADSL dès 2002 et en a lancé la commercialisation fin janvier 2003 à titre de test. La précommercialisation s'est révélée tout à fait concluante et les clients qui ont testé cette technologie s'en sont tous déclarés très satisfaits. Cependant, nous n'avions pas l'autorisation du régulateur pour communiquer autour des offres correspondantes, ce qui explique ce démarrage lent. Nous venons tout juste d'obtenir de l'ANRT la validation de nos offres et en entamerons la commercialisation dès la fin de ce mois, campagne de communication à l'appui. Maroc Telecom est persuadé que l'ADSL est la technologie de l'avenir pour Internet et mise beaucoup sur son développement. Notre souhait est de la démocratiser, l'Internet haut débit étant indispensable pour arrimer notre pays au train de la mondialisation. Et pourquoi pas, l'ADSL peut servir de support pour la réception de la télévision et débarrasser nos villes des paraboles qui les défigurent.. Quelle est la stratégie du groupe à l'international? On parle de plus en plus de nouvelles acquisitions en Afrique de l'Ouest…- Les premiers pas de Maroc Telecom à l'international ont été un réel succès. Mauritel a atteint les objectifs que nous lui avions fixés avec beaucoup d'avance. Ce succès en appelle certainement d'autres. Nous nous intéressons actuellement à plusieurs opérations de privatisation mais aussi à des licences mobiles. Il est néanmoins trop tôt pour en parler davantage.Propos recueillis par Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc