×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Technologies sans fil: STMicro et NXP s’associent

    Par L'Economiste | Edition N°:2755 Le 14/04/2008 | Partager

    . Objectif: créer le n°3 mondial La société néerlandaise de semi-conducteurs NXP (créée par Philips) et le fabricant franco-italien STMicroelectronics ont annoncé la semaine dernière la création d’une société commune dans les technologies sans fil qui sera numéro trois mondial. Les deux groupes ont signé un accord pour regrouper leurs activités clés dans ce domaine pour un chiffre d’affaires de 3 milliards de dollars en 2007, réparti de manière comparable entre les deux, précisent les deux groupes dans un communiqué commun. La ministre française de l’Economie Christine Lagarde a salué ce partenariat qui «s’inscrit dans la vision stratégique commune aux actionnaires publics italiens et français de STMicroelectronics», qui détiennent chacun 13,75% du capital du fabricant. La nouvelle société, qui détiendra 3.500 brevets dans les secteurs des communications et du multimédia, se classera au troisième rang mondial avec une part de marché de 14%, derrière les américains Qualcomm et Texas Instruments, selon une porte-parole de STMicro. «La combinaison d’organisations et de portefeuilles complémentaires» permettra «d’accélérer le développement des produits et de renforcer les activités de recherche et de développement» (R&D), soulignent NXP et STMicro, tous deux dans les top 10 des fabricants de semi-conducteurs. La nouvelle structure, dont le siège sera situé en Suisse, emploiera quelque 9.000 personnes dans le monde et comptera parmi ses principaux clients le finlandais Nokia, le sud-coréen Samsung et le nippo-suédois Sony Ericsson. L’opération, qui est soumise aux approbations réglementaires et aux consultations de comités d’entreprises, devrait être finalisée au troisième trimestre. Elle aura un impact positif sur le résultat net par action dès 2009 et des synergies de plus de 250 millions de dollars sont attendues en 2011, ont fait savoir les deux groupes. Synthèse l’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc