×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Technologie: La délocalisation en tête

Par L'Economiste | Edition N°:1572 Le 31/07/2003 | Partager

. L'Inde, l'Irlande, Israël et l'Afrique du Sud, quatre destinations gagnantesD'ici trois ans, l'Inde concurrencera directement les Etats-Unis et l'Europe sur le secteur des technologies de l'information (IT) grâce à la quantité croissante d'entreprises qui y délocalisent leurs activités. C'est ce qu'a indiqué le 29 juillet 2003 le bureau d'étude américain Gartner. «D'ici 2004, les entreprises européennes considéreront la délocalisation d'activité (offshore sourcing) comme l'une des plus importantes options stratégiques, et d'ici 2006, les Etats-Unis et l'Europe de l'Ouest cesseront d'être les seules superpuissances du secteur IT«, a déclaré l'analyste de chez Gartner. Il s'exprimait lors d'un séminaire sur l'externalisation, le National Outsourcing Association Seminar, qui s'est tenu à Londres. «Aujourd'hui, les sociétés indiennes gagnent du terrain dans la chaîne d'approvisionnement et cherchent désormais à acquérir des fournisseurs de service externes américains«. La délocalisation se fait malgré les problèmes de relations publiques, dus aux suppressions d'emplois qu'elle entraîne. «Clairement, il y a quelques désavantages. Mais la communication est une activité-clé. Communiquez autant et aussi vite que vous pouvez«, a-t-il déclaré. Bien que l'Inde soit la première destination pour la délocalisation, le pays doit encore développer ses infrastructures techniques locales et acquérir une plus grande stabilité politique, pour éviter de perdre du terrain sur ce secteur face à d'autres pays, a précisé l'analyste de Gartner. L'Irlande est sur ce point le premier compétiteur de l'Inde, suivie de l'Afrique du Sud et d'Israël. La Chine, qui ne cesse de se présenter comme un pays d'accueil, possède encore une infrastructure trop pauvre et d'importantes différences de langage et de culture avec l'Europe et les Etats-Unis. L'Inde semble effectivement avoir le vent en poupe sur le secteur IT. Début juillet, Microsoft a annoncé son intention d'augmenter ses équipes dans la péninsule, qui comptent déjà 200 développeurs, et d'investir localement 400 millions de dollars dans les trois années à venir.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc