×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Taza-criquet: Etat d’alerte

Par L'Economiste | Edition N°:1764 Le 10/05/2004 | Partager

. L’apparition des premiers essaims inquiète les agriculteurs . Mais il y a aussi les moineaux et les rongeursAlors que le criquet migrateur continue à faire des ravages dans les parties sud du Maroc, d’autres régions sont mises en état d’alerte. La menace plane désormais sur l’Oriental. Cette région vient de subir à son tour une invasion. Les criquets observés sont au stade adulte immature (reproduction printanière). Plusieurs hectares ont été traités. Dans les zones limitrophes, la vigilance des services de la protection des végétaux est à son maximum. C’est notamment le cas dans la région de Guercif et plus particulièrement dans les zones de Lamrija, Berkine, Ras Laksar et Sebab, qui se trouvent sur les rives du Moulouya et Mloulou. Jusqu’ici épargnées par la menace de ce mouvement migratoire, ces zones, relevant du ressort territorial de la délégation provinciale de l’Agriculture de Taza, sont considérées comme une porte d’entrée potentielle pour le criquet venant de l’Algérie. Les opérations de ratissage y sont orchestrées par un poste local de commandement de la lutte antiacridienne. Pour le moment, la prospection n’a soulevé aucun signe de présence du criquet ravageur. A noter que les espèces les plus dangereuses sont notamment “le criquet marocain” et “le criquet pèlerin”. “Jusqu’à maintenant, les seuls spécimens détectés dans la région sont du genre sédentaire qui ne présente aucune menace pour la production agricole”, explique Jamal-Eddine El Messaoudi, chef du service de la protection des végétaux à Taza. Et d’ajouter que “ les conditions climatiques actuelles (baisses des températures et pluies) ralentissent plus ou moins la progression du fléau”. Entre-temps, tout un arsenal a été prévu pour garantir une intervention rapide en cas de danger. “Des produits, des atomiseurs et des kits de protection ont été mis à notre disposition pour pouvoir, le cas échéant, gérer la situation à ses débuts en l’attente des renforts”, précise El Messaoudi. Parallèlement à cette mobilisation antiacridienne, les services de la protection des végétaux de Taza se sont lancés dans un autre combat: la lutte contre les moineaux. S’attaquant principalement aux arbres fruitiers et aux céréales, ces oiseaux constituent un vrai casse-tête pour les agriculteurs de la province en cette saison. Cette lutte de grande envergure a commencé au mois de mars et devra continuer jusqu’à juin. Différentes méthodes sont employées pour combattre ce fléau. Les plus utilisées sont celles de “l’enclos”, ou ce qu’on appelle aussi la lutte par appâts empoisonnés ou encore le fait de “dénicher à la main”, opération qui consiste à exterminer les moineaux pendant la période d’éclosion. Par ailleurs, une autre lutte est en préparation. Elle concerne, cette fois, les rongeurs de forêt. Bien que l’opération de traitement ne démarre qu’en octobre, la prospection des zones d’intervention a déjà commencé.


Les rats des champs

La campagne de lutte contre les rats des champs vient de s’achever. En six mois 45.526 hectares ont été traités. Les zones concernées par cette lutte sont notamment Gueldame, Meknasa Charquia, Aknoul, Mezguitem, Bab Marzouka, Tizi Ousli et Berkine. L’année dernière, ce sont les agriculteurs de Guercif qui avaient bénéficié d’une intervention de ce genre. “Le traitement de leurs terres a donné ses fruits, puisque nous n’étions pas obligés, cette année, d’y renouveler l’action”, commente Jamal-Eddine El Messaoudi, chef du service de la protection des végétaux à Taza.De notre correspondante, Amal Tazi

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc