×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Taza: 40% des demandes de construire rejetées en 2003

Par L'Economiste | Edition N°:1707 Le 18/02/2004 | Partager

. Les promoteurs immobiliers réclament plus de souplesse dans le traitement des dossiers. Ce taux élevé s'explique par la prédominance des terrains ruraux et montagneux. Avec cette structure foncière, peu de terrains sont urbanisables La promotion immobilière anime encore les débats chez les professionnels à Taza comme à Taounate. Une grande partie des travaux de la dernière session ordinaire de la CCIS de ces deux provinces a été consacrée à ce sujet. Etait convié à cette rencontre, qui s'est déroulée la semaine dernière, Kaddour Horache, directeur de l'Agence urbaine de la région de Taza-Al Hoceïma-Taounate. Ce dernier n'a pas manqué, lors de son intervention, de signaler le rôle de son agence dans la promotion immobilière de la région en matière de simplification des procédures et d'amélioration des délais de traitement des dossiers de construction. “Actuellement, ces délais ne dépassent pas en moyenne 8 jours”, précise-t-il. Ces efforts restent, néanmoins, en deçà des aspirations de la population et des promoteurs immobiliers en particulier. Ceux-ci se plaignent notamment du taux élevé des refus opposés à leurs dossiers. L'année dernière, 40% des demandes de construction ont été rejetées. En effet, sur les 1.772 projets reçus par les services de l'agence urbaine, 714 n'ont pas été approuvés (seules Taza et Taounate sont concernées par ces chiffres, la province d'Al-Hoceïma étant exclue). Selon Abdelouahed El Messaoudi, président de la chambre, ces projets non autorisés correspondent à un investissement de près de 500 millions de dirhams. “Ce qui représente un montant très important”, juge-t-il. Et d'ajouter que “l'agence urbaine est appelée à faire preuve de plus de flexibilité en matière de traitement des dossiers, surtout que la région est pauvre et que son développement est tributaire de celui du secteur du bâtiment”, explique encore El Messaoudi. “C'est parce que nous sommes flexibles que 60% des dossiers ont pu avoir un avis favorable. Si nous avions appliqué littéralement la loi, cette proportion n'aurait certainement pas atteint les 20%”, réagit Horache.En fait, l'octroi des autorisations dans les deux provinces en question bute sur plusieurs obstacles. D'abord, il y a la prédominance des terrains ruraux. Ce qui est à l'origine de plusieurs problèmes fonciers comme la rareté des terrains immatriculés, la multiplication des régimes fonciers… De même, la structure montagneuse de Taza et de Taounate fait en sorte que peu de terrains y sont urbanisables. Autre problème: le manque d'encadrement, que ce soit au niveau du secteur public (une seule commune est dotée d'un architecte, celle de Guercif) ou du privé (insuffisance des bureaux d'étude).


Assistance architecturale

Dans le cadre d'aide à l'habitat social dans le milieu rural, une convention d'assistance architecturale vient d'être signée. Les partenaires ne sont autres que l'Agence urbaine de la région de Taza – Al Hoceima – Taounate, la direction régionale de l'habitat et de l'urbanisme et le collège régional des architectes du centre-nord (Fès). L'objectif étant de financer les demandes de plans d'architecture émanant de la population rurale à condition que la surface à construire ne dépasse pas 150 m2. “Car, au-delà, ce n'est plus du social”, selon Horache. De notre correspondante,Amal TAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc