×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Société

    Taounate
    Plus de 2.700 ha de cannabis détruits

    Par L'Economiste | Edition N°:2838 Le 11/08/2008 | Partager

    . Dont plus de 450 relèvent du domaine publicApparemment, le Maroc est décidé à en finir avec la culture du cannabis. Une opération de destruction de cette matière prohibée dans la seule région de Taounate a touché 2.706 ha pour une superficie globale de 2,900 ha. Les autorités de la Province affichent leur satisfaction à propos du bilan de cette mesure. En effet, selon le communiqué émis à cette occasion par la province, 93% des surfaces cultivées de cannabis dans cette région ont été détruites. Si l’essentiel des plantations de cannabis se trouve sur des terres privées (2.255 ha), il est tout de même étonnant de constater l’existence de cette culture dans des champs relevant du domaine public. Cette superficie représente pas moins de 451 ha, répartis entre le domaine forestier, le Habous et le bassin hydraulique. L’opération s’est traduite par l’arrestation de 15 personnes et l’émission d’un avis de recherche contre 1.117 autres présumées responsables de culture de kif. Les autorités ont également procédé à la confiscation d’un lot de matériel utilisé pour l’irrigation des champs de cannabis. Il s’agit de pompes à eau, de bouteilles de gaz, de tuyaux… Selon les responsables de la Province, cette opération est «une réussite inédite qui traduit la volonté des autorités publiques d’éradiquer la culture du cannabis et de la remplacer par une culture de substitution adaptée aux spécificités climatiques et géographiques de la région». La même source précise que «l’opération n’a fait aucune concession aux cultivateurs de cannabis et s’est appuyée sur le facteur surprise»!Depuis le début de l’année, une importante campagne de sensibilisation a été entamée par les autorités dans plusieurs communes de Taounate, essentiellement sur les marchés hebdomadaires, dans les mosquées, les écoles, etc., avec utilisation de porte-voix et distribution de tracts et d’affiches traitant des effets nocifs du cannabis. Une enveloppe budgétaire de 2,2 millions de DH a été consacrée à l’opération.La destruction des cultures de cannabis pose encore une fois le problème de la reconversion des cultivateurs dont elles constituaient une source de revenus très juteuse. Les autorités de Taounate affirment avoir entrepris plusieurs initiatives visant à intégrer les agriculteurs dans d’autres activités de rechange, génératrices de revenus. Les créneaux proposés concernent l’élevage de caprins, de vaches laitières, l’apiculture, la plantation d’arbres fruitiers comme l’abricotier, le figuier, le caroubier ou encore le grenadier… La culture de plantes médicinales ou aromatiques constitue également une option pour les cultivateurs désireux de se reconvertir. Le programme de lutte contre la culture du chanvre comporte également des actions visant à améliorer le cadre de vie des habitants de la région comme l’asphaltage des routes, l’utilisation de systèmes d’irrigation modernes, la fourniture d’eau courante et la liaison au réseau électrique.Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc