×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Taounat poursuit sa lutte contre la culture du cannabis

Par L'Economiste | Edition N°:2334 Le 04/08/2006 | Partager

. 998 hectares détruits en juin dernier. Une deuxième phase, courant août, axée sur les superficies irriguéesAutorités, compagnie de makhzen mobile, Gendarmerie royale, Protection civile, forestiers… tous sont sur le pied de guerre pour mener à bien l’opération de lutte contre la culture du cannabis dans la province de Taounate. Prévue courant ce mois d’août, cette campagne nécessitera le déploiement de centaines de personnes.En effet, dans sa première phase, l’opération de destruction de champs de cannabis a concerné essentiellement les superficies emblavées en bour, au niveau des cercles de Taounate et Rhafsai. Elle a vu la mobilisation d’importants moyens humains et matériels (250 personnes, 18 véhicules et 803 litres du produit Gramoxone). C’était en juin dernier. Les efforts déployés au cours de cette période durant laquelle la plante du cannabis est presque prête à la récolte, ont été soldés par des résultats fort appréciables. Ils consolident, en effet, les acquis réalisés grâce à la vaste campagne amorcée en 2005 en perspective de la proclamation de la province de Taounate sans culture de cannabis.Selon les autorités, la campagne du mois de juin a permis la destruction de toutes les cultures de cannabis dans les zones ciblées, soit une superficie de 997,7 hectares. Outre la destruction des plantes, il a été procédé à la saisie d’un important matériel d’irrigation (24 motopompes, 450 mètres de tuyauterie) utilisé pour pomper de l’eau frauduleusement et irriguer la culture prohibée.  Près de 20,8 kg de graines du cannabis ont été également saisis par les autorités.A cela, s’ajoute l’arrestation, jusqu’à présent, de 8 cultivateurs, alors que 771 autres personnes sont recherchées, pour le même délit, par les autorités judiciaires. «D’ailleurs, la poursuite judiciaire des personnes incriminées est l’élément-clé du plan d’éradication des cultures de cannabis dans la province», explique un responsable local. Et d’ajouter que plusieurs actions de communication et de sensibilisation ont été initiées depuis janvier 2006 par le biais de hauts parleurs, la distribution de tracts et d’avis de sensibilisation dans les lieux publics. Le but étant d’attirer l’attention des populations locales, notamment les jeunes, sur les méfaits de cette plante psychotrope sur la santé et le développement durable de la région. D’autant plus qu’il fallait amener les autochtones à s’abstenir de se livrer à cette culture prohibée et de les convaincre du bien-fondé de la substitution d’autres cultures à celle du cannabis.Compte tenu des limites de l’approche répressive, jugée en elle-même insuffisante et qui peut  se révéler, à terme, inefficace pour endiguer la culture du cannabis dans la province, l’autorité provinciale a tenu à inscrire son action de lutte contre ce fléau dans une stratégie globale. Cette stratégie est axée sur la communication et la reconversion de cette culture illicite par la mise en place de projets socioéconomiques de substitution et d’activités alternatives génératrices de revenus. Et ce, en concertation avec les différents partenaires concernés.Parmi les projets envisagés pour soustraire les populations locales à la dépendance économique de la culture du chanvre indien, figurent la distribution de 600.000 plants en tant que cultures de substitution, la mise en place d’un programme de conservation du sol et de développement des arbres fruitiers et l’encouragement de certaines activités génératrices de revenu (AGR) initiées en faveur de certaines associations locales. Lesquelles ont bénéficié, dans le cadre du programme prioritaire de l’INDH, de 32 chèvres, 60 lapins et 18 ruches d’abeilles.Par ailleurs, la province prend en charge la formation de 80 accoucheuses traditionnelles opérant dans les zones excentrées et dépourvues de salles d’accouchement.En tout cas, il semble que c’est bien parti pour Taounate. L’opération de lutte contre la culture du cannabis se caractérisant par la mobilisation de tous les services concernés. La campagne de destruction a ciblé dans sa première phase les terrains bour cultivés en cannabis, alors que la deuxième phase prévue courant ce mois sera axée sur les superficies irriguées. A ce titre, les services compétents affirment que le matériel d’irrigation mobilisé par certains cultivateurs récalcitrants sera confisqué.De notre correspondant à Fès, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc