×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

TangerMed: Le port relié au réseau national rapide

Par L'Economiste | Edition N°:2743 Le 27/03/2008 | Partager

. Une autoroute de 52 kilomètres . Une voie ferrée assurera la connexion avec le réseau nationalLE dernier maillon du complexe portuaire TangerMed vient d’être mis en place. Il s’agit de l’autoroute de desserte du port TangerMed, un important ouvrage de 52 kilomètres de long que S.M. le Roi a inauguré mardi dernier. L’investissement total a été de 4 milliards de DH, un chiffre en hausse par rapport à la moyenne du coût kilométrique des autoroutes mais qui trouve son explication, selon le ministère de l’Equipement et du Transport, dans la nature accidentée du terrain, d’où le nombre élevé d’ouvrages d’art (45). L’intérêt de cette interconnexion du port avec le réseau autoroutier national reste évident pour les responsables du projet. Il s’agit ainsi de rapprocher le nœud logistique que représente le complexe portuaire TangerMed des grands centres industriels marocains. Ceci permettra de créer un débouché pour les produits nationaux vers les marchés européens et américains en particulier. Il sera possible pour les conteneurs issus du Maroc de toucher des navires plus gros que ne peut accueillir TangerMed et profiter de coûts de transport plus bas, selon le département de l’Equipement. L’autoroute part du port et traverse la zone de Melloussa où sera construite l’usine de l’Alliance Renault-Nissan pour ensuite rejoindre l’autoroute Tanger-Casablanca. Cette voie rapide sera épaulée dès les prochains mois par une voie ferrée en cours de réalisation. Calquée sur le même schéma, elle servira de connexion avec le réseau ferroviaire national. L’autoroute, qui est déjà entrée en service partiellement, a souffert, en plus du caractère escarpé des terrains, d’un autre phénomène qui a retardé l’avancement des travaux. Les pluies torrentielles de fin d’année ont en effet sérieusement ralenti la cadence des travaux. Les terrassements nécessaires pour la réalisation de cette voie ont été gigantesques, dépassant les 40 millions de mètres cubes, soit de quoi remplir 150 stades de foot jusqu’aux gradins. L’expérience acquise au niveau des travaux autoroutiers précédents, a permis de mieux préparer le terrain. De ce fait, une utilisation massive de matériaux modernes, tels les géotextiles, a été assurée. Ces derniers permettent en effet une bonne tenue des sols tout en assurant un excellent drainage des eaux. La mise en place du réseau autoroutier continue vers le Nord. Déjà, après les tracés autoroutiers de Oued Rmel et de Mdiq, il est prévu, selon Autoroutes du Maroc (ADM) de poursuivre le rythme actuel. D’après le plan d’action présenté par ADM, 2008 connaîtra la poursuite des projets en cours. Le tronçon Tétouan-Mdiq, inauguré par S.M. le Roi en juillet dernier, a déjà permis de désengorger la route nationale Tétouan-Mdiq, l’une des plus actives en été. Il s’agira en 2008 de prolonger le tracé jusqu’à Fnideq, les travaux sont actuellement en cours de finalisation. D’une longueur totale de 28 km, leur coût devrait dépasser le milliard de DH. De même, il est prévu de poursuivre les travaux de dédoublement de la RN16 qui relaye l’autoroute au port. Cette dernière connaît, elle aussi, d’importantes modifications visant à la dédoubler afin de pouvoir supporter le trafic prévu. Un projet de 500 millions de DH.Le reste du réseau routier de la zone ne sera pas en reste. Les travaux de dédoublement de la voie entre Tanger et Tétouan avancent à un rythme soutenu. Sur 47 kilomètres, la route se verra dédoublée avec une date de finalisation des travaux en 2009. Le coût total de ce projet est de 370 millions de DH dont 270 millions financés par le budget du ministère de l’Equipement, le reste est à la charge du fonds Hassan II.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]conomiste.com
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc