×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Tanger: Un roman pour mettre en scène l'affaire Erramach

Par L'Economiste | Edition N°:1706 Le 17/02/2004 | Partager

. Après le “16 mai”, Ahmed Beroho récidive avec un nouvel ouvrageLe prolifique écrivain tangérois, Ahmed Beroho, vient de sortir un nouveau bouquin, inspiré de l'actualité marocaine. C'est “Le Réveil des barons”, un livre de près de 205 pages, qui peut se lire aisément. Il traite, à la façon de son auteur, de l'affaire de corruption à grande échelle découverte cet été à Tétouan. Une affaire dans laquelle s'est mouillée pas moins d'une trentaine de hauts fonctionnaires de l'Etat et qui a été à l'origine du démantèlement de plusieurs organisations de trafic de drogues. L'affaire Erramach a en effet servi de trame à ce roman, dans la tradition de son auteur. Ce dernier s'est donné à fond pour retravailler l'actualité et en faire un roman, “en ne gardant que la trame de cette actualité”, selon lui. Le reste, c'est son imagination qui le tisse. “Dans un roman, le lecteur aime le divertissement et le dénouement heureux. Mais quand la réalité dépasse la fiction, l'écrivain ne doit pas trop plaire au risque de maquiller les faits… Le vilain ne gagne pas, question de moralité; s'il doit subir le sort qu'il mérite, pourquoi le ménager!?” explique en avant-propos Ahmed Beroho dans son livre “Le Réveil des barons”. Un livre qui pèche par une imagination débordante, un peu trop. Beroho a pris le pari risqué de recréer un pays entier sans foi ni loi autre que celle des barons de la drogue. Mais heureusement que les bons sont là…Le roman démarre sur les plages d'une côte qui rappelle celle de Tétouan. Une rapide moto nautique. Renseignements pris, il s'agit de Mony Ramashy, un des barons de la drogue des Iles Fédérées. C'est là qu'est révélée au grand jour l'affaire des barons de la drogue. Mony Ramashy est un grand trafiquant, nommé baron de la drogue par Beroho, il a à sa solde commissaires, gouverneurs et même ministres. Mais il a aussi des ennemis, dont le plus dangereux est Niño (enfant en espagnol). C'est suite à une fusillade avec ce dernier que l'affaire voit le jour. S'y mêlent policiers et politiciens, les bons, et surtout des journalistes courageux qui vont essayer de tout dévoiler. Le roman dans sa deuxième partie prend de la vitesse et se mue en une aventure d'espionnage où les services secrets doivent déjouer une opération de kidnapping d'une haute personnalité derrière laquelle on retrouve Ramashy. Là ce sont d'autres événements qui prennent le dessus dans l'inspiration du récit. Ramashy ne parvient pas à s'échapper et, lors de sa chute, il entraîne un général d'armée, son protecteur.


Extrait

- “Tu ne m'as pas encore parlé de ce nouveau directeur régional, dit Mony Ramashy à son conseiller. - Il ne veut pas de notre compagnie.- Tu n'as pas été assez large.- Je lui ai envoyé, par notre meilleur fusible, cinquante mille dollars. Puis cent mille. Puis deux cents mille dollars. En vain. Je lui ai fait parvenir un chèque en blanc. Sans résultat. - Et qu'est-ce qu'il disait?- Qu'il était très sensible à notre marque d'amitié, mais qu'il ne pouvait accepter… Trois hommes comme ce directeur, et nous finirons par faire la manche. - Il doit alors sauter, décréta le jeune baron. Prends-moi rendez-vous avec son patron”.


10 ans de prison pour un transporteur de cannabis

. Verdict de l'affaire des 17 tonnes de cannabis découvertes à AlgésirasDix ans de prison pour le propriétaire d'une société de transport international. Le jugement tombé la semaine dernière a étonné plus d'un. Il se veut exemplaire, selon certains observateurs. L'affaire remonte à janvier dernier quand la police espagnole découvre à Algésiras 17 tonnes de drogue dans une remorque en provenance de Tanger. Aussitôt, les éléments de la police de la ville se sont mis en route pour retrouver le propriétaire de la société de transport, un dénommé Jamal B. Ce dernier est passé aux aveux et a déclaré avoir perçu la somme de trois millions de DH pour collaborer avec les trafiquants de drogue. Un deuxième prévenu, le chauffeur de remplacement de la remorque, a été acquitté. Jamal B. est un jeune Tangérois qui a vite fait fortune, un fait suspect dans une ville portuaire comme Tanger. Les enquêteurs avaient aussi retrouvé le chauffeur de l'autocar mais surtout les commanditaires de l'opération. Ces derniers, originaires d'Agadir, auraient chargé la drogue dans un camion en provenance de la région du Souss et ce, dans un entrepôt dans les environs de la ville de Skhirat. A rappeler que la découverte du cannabis a aussi coûté cher à deux policiers qui étaient chargés du contrôle lors du passage du camion par le port de Tanger. Ces derniers ont été suspendus pour négligence. Ils seront aussi soumis à interrogatoire pour déterminer leur degré d'implication dans l'affaire. A noter que les forces de l'ordre ont montré leur détermination à éradiquer le fléau du trafic de drogue. Ainsi, selon des responsables locaux, la coopération policière avec l'Espagne sera élargie. Le but est de favoriser l'échange d'informations en rapport avec le trafic de drogue et la migration clandestine. De notre correspondant,Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc