×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tanger-Med: Lancement des ouvrages dès aujourd'hui

Par L'Economiste | Edition N°:1540 Le 16/06/2003 | Partager

. Il s'agit de la première tranche menée par Bouygues. L'exploitation est prévue pour janvier 2007Comme nous l'avons annoncé, Bouygues Travaux Publics et Bymaro, les deux filiales du major français Bouygues construction, sont l'entité adjudicataire de l'appel d'offres lancé par l'Etat marocain, à travers l'Agence spéciale Tanger-Méditerranée (TMSA), pour la conception et l'exécution de la première tranche des travaux de réalisation du port de Tanger-Med (www.leconomiste.com). Le contrat, qui totalise les 2,42 milliards de dirhams, sur une enveloppe globale pour l'ensemble du projet de 11 milliards(1), porte sur la construction des digues, dragages et remblais du port. Le lancement des ouvrages est prévu pour ce lundi 16 juin 2003. En effet, «l'ordre de service a été transmis le 12 juin 2003 à Bouygues pour l'installation des chantiers«, a souligné Mustapha Bakkoury, directeur général de la CDG et de TMSA, lors d'un point de presse organisé le 13 juin 2003 à Casablanca. Et d'ajouter que «l'horizon temporel prévisible pour la finalisation de l'ensemble des ouvrages est de 36 mois. L'exploitation du port pourrait ainsi démarrer à partir de janvier 2007«. Selon lui, «Bouygues a été retenu sur la base d'une variante de construction très innovante proposée par ses équipes techniques«. Il s'agit d'une digue constituée d'une quarantaine de caissons préfabriqués en béton armé pour les zones qui dépassent 20 mètres de profondeur. «Cette variante, explique Bakkoury, permet d'accroître la surface de terre-pleins de près de 18 hectares, et de diminuer l'impact sur l'environnement en réduisant l'emprise au sol des ouvrages et des volumes de matériaux utilisés«.En ce qui concerne la deuxième phase de construction des autres ouvrages du port, Bakkoury précise que «les études sont en cours et que l'appel d'offres sera lancé incessamment«. En effet, Tanger-Med est présenté comme un port multifonctions. Il contient cinq terminaux réservés aux conteneurs, aux céréales, au TIR et transport des passagers, à l'import/export des marchandises et aux pétroliers. Son environnement immédiat abrite une zone franche logistique mitoyenne au port et des zones franches (commerciale et touristique) attenantes à la ville de Sebta ainsi que des infrastructures de connexion et de viabilisation de la région. Par ailleurs, ce projet représente une priorité stratégique pour le développement économique et social de la région nord du Maroc. Il bénéficie de facteurs-clés de succès indéniables. Il s'agit essentiellement de sa position privilégiée sur le détroit de Gibraltar, à la croisée de deux grandes routes maritimes, et sa proximité du continent européen. Un marché de 300 millions de consommateurs qui pourra être desservi rapidement et facilement en marchandises et services de tout genre à partir des zones franches installées. La gestion de ces dernières sera confiée à des opérateurs privés, qui, tout en assumant le rôle de guichet unique auprès des entreprises, leur offriront des services et des commodités de premier plan. Aussi, le port pourra-t-il capter une part importante du trafic portuaire en Méditerranée. Dans ce registre, Bakkoury indique que «nous ambitionnons pour Tanger-Med de canaliser une partie importante des transbordements de conteneurs (un marché en forte croissance), de devenir le premier hub régional pour le transbordement de céréales, de traiter une partie des trafics passagers et TIR du port de Tanger-Ville, et de desservir l'hinterland de Tanger en produits pétroliers«. En chiffres, ces marchés représentent un enjeu financier considérable pour l'accélération du développement de la région. Le marché de transbordement connaîtra, selon le cabinet international Drewry Shipping Consultants, une croissance de 9% sur les quinze prochaines années. En 2000, il a généré un chiffre d'affaires de près de 400 millions de dollars pour un volume d'affaires de 7 millions d'unités. Selon les prévisions, la part de marché qui pourra être récupérée par le port de Tanger-Med est d'environ 10%. Ensuite, comme la contrée nord-ouest africaine est une grande importatrice de céréales et qu'il n'existe pratiquement que deux ports égyptiens capables d'accueillir les paquebots-céréaliers, Tanger-Med s'établira comme un hub régional d'éclatement des céréales à destination de ces pays. Notons que l'exploitation de ces deux terminaux sera proposée à des opérateurs privés. Il s'agit de compagnies maritimes et des exportateurs de céréales actifs dans la région.Bouchaib EL YAFI -------------------------------(1) Des mises totalisant les 5 milliards de dirhams seront opérées par les Fonds Hassan II, Abu Dhabi et koweïtien. Le reliquat sera supporté à hauteur de 5 milliards par le budget de l'Etat.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc