×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Tanger: Le Yacht club au bord de la rupture

Par L'Economiste | Edition N°:2386 Le 19/10/2006 | Partager

. Fortes tensions entre le comité directeur et certains membres. Au centre de la polémique, le manque de transparence du bureau LE Royal Yacht Club de Tanger est en train de vivre l’une des plus graves crises de son histoire. La tension est à son paroxysme entre le comité directeur et certains membres. Membres qui ont constitué un autre bureau. Ce dernier a vu le jour lors d’une assemblée générale extraordinaire (AGE) tenue les 17 et 18 août dernier. C’est lui aussi qui revendique la légitimité de représenter le Yacht Club et de le gérer.La crise a surgi en mai dernier quand le bureau initial, présidé par Tahar Chaker a décidé de «taxer» les accompagnateurs des membres du club sur leurs embarcations. Ainsi, chaque accompagnateur (invité) devra débourser 50 DH avant d’accéder sur les ponts. La décision met le feu aux poudres et un groupe de personnes décide d’y faire face. C’est ainsi que Ahmed Mesbahi, ancien champion du Maroc de pêche sous-marine et homme d’affaires, prend la tête d’un comité et entreprend l’organisation d’une AGE avec comme ordre du jour, la destitution du bureau en exercice. Avec une liste de 58 membres sur 103, Mesbahi croyait avoir la majorité nécessaire. Mais c’était sans compter sur la réaction du bureau de Tahar Chaker, promoteur immobilier. Ce dernier émet des doutes sur deux signatures et expulse Mesbahi du club. Dans la même foulée, un autre membre est exclu dans des conditions assez floues.Dans une correspondance aux «révoltés du Yacht Club», Chakir dénonce le manque de quorum pour accepter la tenue de l’assemblée générale. Entre-temps, il annule les droits d’accès au club, de 3.000DH pour tout nouveau membre. «Le but recherché par la mise en place des droits de 50 DH était d’apporter des ressources pour l’entretien des locaux communs du club, les visiteurs occasionnels et la famille des membres en sont dispensés», note Chakir. Pour ce dernier, il s’agit aussi de faciliter l’inscription des «invités» des membres du club, pénalisés par la «taxe» de 50 DH. Pour le groupe de Mesbahi, il s’agit d’une manœuvre de contournement pour faire un bourrage des urnes. «Le président a œuvré ainsi afin de faciliter l’entrée de ses sympathisants, proches et amis. Le but est de s’assurer une confortable majorité», note Noureddine Tlemçani, nouveau porte-parole du groupe opposant. La tension arrive à son comble lors de l’assemblée générale ordinaire à laquelle le bureau de Tahar Chaker est convoqué, le 30 septembre dernier. Le groupe opposant ne se laisse pas faire et entreprend de démontrer son opposition par les gestes. Brandissant des pancartes, les propriétaires de bateau s’opposent au bureau de Chaker ainsi qu’aux membres de leurs familles. Ils tentent d’annuler la réunion en empêchant le recompte des votes. Si pour Chaker, l’assemblée a été régulière, pour Tlemçani, toutes les conditions légales n’étaient pas réunies. Le groupe d’opposants menés par Tlemçani reproche au bureau de Chaker le manque d’action dans l’animation du club. Le sport a été relégué au second rang. Ils lui reprochent aussi d’avoir fait voter un nouveau statut qui soustrait le contrôle des finances du club à l’assemblée des membres ainsi que le manque de transparence dans la cession de la gestion du nouveau restaurant du Yacht Club. Faits que nie naturellement Chaker. Aujourd’hui, l’affaire est portée en justice.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc