×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Tanger City Center: Il ne reste plus que la signature

Par L'Economiste | Edition N°:2227 Le 06/03/2006 | Partager

. La convention a reçu l’aval de la commission des investissements . Un centre d’affaires, des commerces de haut niveau, pour ranimer la baie de TangerLa convention de Tanger City Center devant lier les promoteurs et l’Etat marocain est fin prête. Selon nos informations, la commission interministérielle des investissements a donné son aval. Aucune date n’est en revanche avancée pour la signature. Le projet porte sur un total de près de 900 millions de DH d’investissements. Il prévoit la réalisation de deux unités hôtelières de 1.000 lits au total, pour une surface bâtie de plus de 40.000 mètres carrés en plus d’un grand centre commercial. Il prévoit aussi des plateaux pour bureaux sur plus de 81.000 mètres carrés ainsi qu’une importante part de résidentiel touristique. Et c’est cette part qui a causé le retard dans les négociations. La méthode de gestion proposée par Fadesa avait suscité des réserves du côté gouvernemental. Le promoteur espagnol s’est engagé à la création d’une société de droit espagnol qui sera en charge de la réalisation du projet. Les négociations durent depuis juin 2005. Le groupement, piloté par Fadesa et son compatriote Anjoca, avait été alors sélectionné pour la réalisation du projet. Ce dernier d’une superficie de 3,4 hectares entourant la toute récente gare ferroviaire de Tanger sera cédé au prix de 2.500 DH le mètre carré. Un prix de vente intéressant vu que les terrains dans la baie peuvent atteindre les 15.000 DH le mètre. La composante immobilière, même si elle paraît nécessaire, fait grincer des dents. En effet, les terrains de la baie ont été expropriés durant les années 70 pour être valorisés à des fins touristiques. Or, les projets immobiliers ont vite fait de monopoliser l’espace avec une architecture loin de faire l’unanimité. Ce qui ne risque pas de se reproduire dans le schéma actuel, assurent les responsables. De son côté, le City Center promet une architecture digne d’une zone offshore avec des hauteurs atteignant les 15 étages, prévus dans le plan d’urbanisme de la zone. A noter que Fadesa est déjà présente dans plusieurs points du Maroc dont le projet-pilote du Plan Azur de Saïdia. Fadesa dispose actuellement d’une bonne santé financière, portée par la reprise du secteur immobilier en Espagne. Le groupe a réalisé en 2005 un bénéfice net de près de 181 millions d’euros, soit près de 2 milliards de DH, en progression de plus de 57% par rapport à 2004. Son chiffre d’affaires, quant à lui, s’est placé à plus de 11 milliards de DH, dont une grande part est le fruit de la branche immobilière. Le groupe compte aussi avec une branche hôtelière. « Le projet promet une architecture digne d’une zone offshore avec des hauteurs atteignant les 15 étages, prévus dans le plan d’urbanisme de la zone«Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc