×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tanger, Algésiras et Cadix veulent harmoniser leur marketing

    Par L'Economiste | Edition N°:300 Le 16/10/1997 | Partager

    Le trafic dans le Détroit de Gibraltar est considéré comme le plus im-portant au monde après la Manche. Pour rester compétitifs, les trois grands ports de la région s'engagent à harmoniser leurs procédures.


    Les ports de Cadix, d'Algésiras et de Tanger présentent des points communs. Ils forment un triangle sur le Détroit et reçoivent des flux importants de touristes et de marchandises.
    La rencontre hispano-marocaine qui s'est déroulée à Tanger(1) a été l'occasion de rapprocher les visions et les objectifs dans cette plate-forme maritime.
    A commencer par la construction du port de Tanger-Atlantique qui va contribuer à la dynamisation du trafic maritime dans cette région. Les initiateurs du projet veulent impliquer étroitement les professionnels espagnols. Il s'agit de l'une des plus importantes actions communes attendues, est-il noté. Tanger présente en effet beaucoup de points communs avec les ports espagnols du Détroit. Le port d'Algésiras est considéré comme étant son partenaire naturel. Une part importante du fret marocain transite par le port d'Algésiras. Sur cette ligne, les transitaires se plaignent de la lenteur administrative. A en croire M. Fernando Partida, président de l'Association des Transitaires d'Algésiras, le contrôle phytosanitaire ne suit pas le contrôle douanier et ce, malgré les horaires continus appliqués par l'Administration douanière. Les transitaires souhaitent un effort d'adaptation des horaires du contrôle phytosanitaire au port d'Algésiras. La question d'adaptation bute sur le problème de la rémunération des contrôleurs. La perte de temps au niveau du contrôle portuaire engendre aux exportateurs des litiges avec leurs fournisseurs qui reçoivent la marchandise hors délai.

    Il y a lieu donc d'assurer un service de qualité entre les deux rives. L'harmonisation des déclarations douanières est indispensable. Si à Algésiras les déclarations se font en majorité par palettes, l'Administration marocaine exige, elle, des déclarations par colis. De plus, les demandes de rectifications en provenance de la partie marocaine sont de plus en plus nombreuses, indiquent les Espagnols. Ce phénomène s'est accentué depuis la campagne d'assainissement. «Par excès d'attention, un transitaire marocain a même demandé à son collaborateur basé à Algésiras une rectification de quelques dizaines de grammes portant sur une importation de plusieurs tonnes», note M. Partida.


    Trois ports sur le Détroit


    Le port de Tanger dispose de 4 postes équipés et destinés au trafic des marchandises en vrac et des conteneurs. Un poste Ro-Ro (matériel roulant) et un terminal pour les conteneurs sont par ailleurs aménagés. Le port de Tanger reçoit 50.000 camions TIR par an, dont 50% au départ. Plus de 10.000 conteneurs, dont 55% à l'arrivée, transitent chaque année par ce port. La ville pourrait accueillir jusqu'à 100.000 camions TIR d'ici dix ans. Le port de Tanger reste toutefois à vocation touristique. Plus de 1,5 million de passagers franchissent ce port chaque année. Les responsables du port tablent sur 5 à 6 millions de passagers à l'horizon 2005.
    A 15 kilomètre de Tanger, le port d'Algésiras se vante d'accueillir les meilleurs bateaux du monde. Ce port est considéré comme le centre de trafic dans le Détroit.
    Pour sa part, le port de Cadix ne veut pas passer inaperçu dans le Détroit. Ses représentants étaient venus pour vendre les atouts de leur port qui reçoit 2.200 bateaux par an. A noter que Cadix est classée en 5ème position dans le transport de marchandises, en 3ème position dans la pêche et à la 2ème place dans le tourisme. Ce port offre aussi plusieurs terminaux de conteneurs et un service spécial pour les passagers. A 5 heures de traversée de Tanger, il reçoit 4 millions de tonnes de marchandises par an.

    Hicham RAÏQ

    (1) La rencontre s'est déroulée au Palais Mershan les 2 et 3 octobre 1997.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc