×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Tadla-Azilal: Un tiers du budget de l'Education nationale en eau et électricité

Par L'Economiste | Edition N°:1707 Le 18/02/2004 | Partager

. A peine 3 élèves sur 1.000 atteignent le baccalauréat. La craie consomme un budget annuel de 6,7 millions de DH!LE conseil d'administration de l'académie de l'Education nationale de la région de Tadla-Azilal s'est réuni lundi 16 février 2004 à Béni Mellal. Le ministre de l'Education nationale, Lahbib El Malki, y a annoncé la construction, à l'horizon 2006-2007, de 13 collèges et 3 écoles primaires. Ces nouveaux établissements permettront, selon le ministre, de combler le besoin de la région en matière d'infrastructures scolaires. El Malki a par ailleurs promis l'intégration de la totalité des enseignants occasionnels exerçant dans la région d'ici fin 2005. Une intégration soumise à certaines conditions dont le passage d'un concours qui permet d'avoir accès à une formation. Rappelons qu'au Maroc, plus de 2.000 enseignants occasionnels attendent d'être intégrés. La plupart qui exercent dans les régions lointaines ne sont pas régulièrement rémunérés. Les indicateurs en matière d'éducation dans la région de Tadla-Azilal sont faibles. Le taux de déperdition scolaire, par exemple, atteint 40%. Ce qui est énorme: trois élèves seulement sur 1.000 arrivent au baccalauréat. Toutefois, la scolarisation dans les zones rurales de la région atteint 60%, soit plus que la moyenne nationale. Par ailleurs, la région dispose d'un enseignant pour 23 élèves et un cadre administratif pour 130. Ces chiffres s'expliquent en partie par un certain dysfonctionnement dans l'allocation budgétaire. Mohamed Khalid Choulli, directeur de l'Académie de la région de Tadla-Azilal, a regretté qu'un tiers du budget d'exploitation soit consommé par les frais d'eau et d'électricité qui atteignent près de 10 millions de DH. Et d'ajouter qu'en une année, la craie a elle seule représente une dépense de 6,73 millions de DH (des exclamations ont fusé dans la salle à l'annonce de ce chiffre).Loin des considérations d'ordre financier, le représentant des inspecteurs de l'Education de la région a appelé à une école plus indépendante. Pour lui, “l'académie devrait servir d'interface entre le monde rural et urbain”. En outre, “les animateurs des associations d'écoles doivent suivre une formation qui répond à des critères scientifiques rigoureux”, a-t-il expliqué, tablant sur les effets épanouissants qu'un meilleur encadrement des activités parascolaires peut avoir sur le niveau des élèves. Sur un autre registre, qui représente un intérêt majeur pour la qualité pédagogique, le représentant des inspecteurs n'a pas manqué de soulever les incommodités des livres scolaires bourrés de fautes. Un sujet que L'Economiste avait déjà soulevé (www.leconomiste.com). “Les manuels devront désormais être prêts au mois de mars pour que toute anomalie puisse être détectée et rectifiée”. Un responsable dans l'administration centrale de l'Education en convient. Il a affirmé que les nouveaux manuels ainsi que les outils didactiques et pédagogiques les accompagnant seront disponibles dès fin juillet prochain.A l'issue du Conseil qui a duré 4 heures et demie, le budget 2004 de l'Académie a été voté à l'unanimité. Le représentant des cadres de l'enseignement primaire a émis des réserves, estimant que ce budget privilégie les intérêts de l'administration aux dépens de ceux des élèves.Mustapha BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc