×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Système monétaire: Les principales pistes de réforme

Par L'Economiste | Edition N°:3404 Le 12/11/2010 | Partager

. L’or comme point de référence . DTS, autorité, concertation… les autres voletsPLUSIEURS pistes sont évoquées, au G20 à Séoul, pour mettre un terme aux déséquilibres monétaires susceptibles de déboucher sur une possible «guerre des monnaies». Certaines idées avancées:L’or comme point de référence :Cette idée a été relancée en début de semaine par le président de la Banque mondiale, Robert Zoellick. Elle vise à réintroduire l’or dans le système monétaire comme point de référence des anticipations des marchés au point de vue de l’inflation, de la déflation et des taux de change futurs. Dans leur surveillance du taux d’inflation, les banques centrales pourraient ainsi réagir en fonction des variations des prix de l’or. Ce scénario rappelle le système de Bretton Woods: «toute émission de dollars se faisait en stockant la quantité d’or correspondant et toutes les monnaies étaient alors définies par rapport au dollar». Les DTS, instrument monétaireIl s’agit de faire des droits de tirage spéciaux (DTS), instrument monétaire créé par le Fonds monétaire international (FMI) en 1969 et reposant sur un panier de devises, une monnaie de réserve de change «supranationale». Pour le président français, Nicolas Sarkozy, les DTS pourraient faire office d’«actif de réserve international qui ne soit pas émis par un seul pays». Le but est de limiter le creusement du déficit de la balance des paiements des Etats. Le principal inconvénient des DTS c’est qu’ils ne servent ni de monnaie de facturation ni de monnaie de transaction.Autorité internationale de contrôle et d’arbitrageCette autorité coordonnerait les émissions monétaires des grandes puissances et forcerait au besoin les pays à revoir leur régime de change et plus généralement leur politique monétaire. Les pays du G20 pourraient se réunir dans le cadre du FMI pour décider de dévaluer ou de réévaluer certaines monnaies en fixant une marge de fluctuation. L’autre idée soulevée est celle de la mise en place d’une concertation des politiques monétaires.


La guerre des monnaies n’aura pas lieu!

PARTOUT, on s’inquiète du risque de voir éclater une «guerre des monnaies» susceptible de se muer en «guerre commerciale». «Au fond, il n’y aura pas de guerre des monnaies», de l’avis de Mohamed Berrada, professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Casablanca et président du centre de recherches Links, dans une chronique parue dans L’Economiste Magazine du mois de novembre. Pour lui, les états-Unis ont aidé la Chine à devenir la 2e économie mondiale. Ils ont fermé leurs usines pour faire fabriquer en Chine. «Vous achetez mes produits, et je vous finance!» Financement contre compétitivité! C’est le deal tacite entre ces 2 pays, condamnés à se soutenir mutuellement.F. Z. T. avec AFP

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc