×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Subventions agricoles: La France contre le reste de l’UE

Par L'Economiste | Edition N°:1766 Le 12/05/2004 | Partager

. Paris dénonce le risque “d’un marché de dupes” avec les USA Décidément, l’offre européenne d’éliminer sous certaines conditions ses subventions à l’exportation de produits agricoles a suscité de multiples réactions. La plus “virulente” était la position française. L’Hexagone s’est élevé avec force contre cette proposition, bien que sa capacité à fédérer autour d’elle dans cette bataille ses alliés européens traditionnels ne semble pas être une tâche de tout repos. Paris a dénoncé dans cette proposition aux membres de l’OMC des “concessions unilatérales” pour des “contreparties illusoires”. En marge d’une rencontre lundi dernier avec ses homologues de l’Union en Irlande, le ministre français de l’Agriculture, Hervé Gaymard, a accusé Bruxelles de courir le risque d’un “marché de dupes” avec les Etats-Unis. La question principale qui se pose avec acuité est de mesurer le soutien dont Paris peut espérer bénéficier dans son duel avec Bruxelles. Rappelons que Fischler avait indiqué que cette offre avait reçu “un large soutien” de la part des Etats membres de l’UE. En effet, le Royaume-Uni, la Suède, le Danemark, les Pays-Bas, ainsi que l’Allemagne, dont la ministre Renate Kuenast a salué une initiative “juste et bonne”, ont abondé dans le sens du commissaire. Signe de la grande sensibilité du dossier, les versions des participants à la réunion de la semaine passée tergiversent. Selon une source communautaire, Bruxelles aurait reçu le soutien des “libéraux” du nord de l’Europe, mais aussi des pays méditerranéens, alliés traditionnels de la France. Cette dernière n’aurait reçu l’appui que de la Hongrie, l’Irlande et dans une moindre mesure la Belgique. En revanche, d’autres pays n’ont pas pu prendre de position. Il s’agit essentiellement de l’Espagne, l’Italie, le Portugal ou la Grèce. Pour sa part, l’Australie, l’un des principaux membres du groupe de Cairns rassemblant des grands pays exportateurs de produits agricoles, s’est dit félicitée de l’offre européenne, bien qu’elle ne se soit pas prononcée sur la proposition européenne de lever les subventions sous certaines conditions, indiquant seulement dans un communiqué que “le plus gros du travail” restait à faire pour résoudre une série de problèmes tels que l’accès au marché agricole.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc