×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Sonasid: Une forte croissance des bénéfices en 1999 et 2000, selon MIT

Par L'Economiste | Edition N°:616 Le 14/10/1999 | Partager

· Le démantèlement tarifaire menace la confortable part de marché du sidérurgiste
· Prix compétitifs, amélioration de la capacité de production et partenariats étrangers sont les grands axes du plan de développement



"Bien que disposant de ratios de valorisation attractifs à premier abord, il convient d'analyser avec plus de profondeur les perspectives à long terme de la Sonasid", c'est sur cette base que les analystes de Maroc Inter Titres (MIT), la société de bourse de BMCE-Bank, ont bâti leur recherche sur la valeur.
La Sonasid s'approvisionne en billette, principal intrant, et commercialise du rond à béton et du fil machine. Les autres produits longs (profilés et barres), les produits plats et les tubes sans soudure ainsi que les tuyaux sont entièrement importés. La Sonasid détient une position quasi monopolistique sur le marché sidérurgique national. Sa part de marché en 1998 était estimée à près de 79%. L'activité de la jeune privatisée (1998) reste très sensible aux prix internationaux de la billette qui ont baissé sensiblement pendant le premier semestre 1999. D'où la régression de 20% du chiffre d'affaires de la Sonasid à fin juin. Les professionnels s'attendent cependant à une reprise des prix, compte tenu de l'amélioration de la santé des pays asiatiques et de la relance du marché automobile au niveau international. Globalement, les prévisions pour le marché sidérurgique national sont optimistes. La croissance annuelle, fortement corrélée à celle du marché cimentier, est estimée à 4%. "En 1999, la Sonasid devrait adapter ses prix de vente à béton à la forte baisse enregistrée sur la billette, augmenter sa production et procéder à un déstockage produits finis", souligne MIT.

Troisième laminoir à Jorf Lasfar


Selon l'étude, la reprise du cycle, attendue en l'an 2000, devrait ramener les prix ronds à béton à 4.000 DH/tonne, niveau auquel ils étaient il y a deux ans. A noter que la Sonasid doit faire face à des concurrents importateurs de produits finis qui, malgré la petite part de marché, l'obligent à baisser ses prix.
Toujours selon les projections de MIT, la croissance des ventes futures, conjuguée à une baisse des charges d'exploitation, devrait permettre une forte croissance bénéficiaire en 1999 et 2000. La Sonasid est consciente que sa confortable part de marché est menacée par le démantèlement tarifaire qui favorisera l'importation. Les prix doivent donc tôt ou tard s'aligner sur ceux du marché international. De plus, la sidérurgie se doit de répondre aux besoins d'un marché en croissance continue et être capable de produire 1 million de tonnes à l'horizon 2012.
Déjà au terme de l'exercice 1998, les dirigeants ont opté pour une politique de provisionnement importante qui leur permettrait de faire face à un plan de développement chargé. Le plus gros investissement est la réalisation d'un troisième laminoir à Jorf Lasfar. Cette unité, qui sera opérationnelle en 2001 et dont le coût de 600 millions de DH sera entièrement autofinancé, permettra de réduire de manière significative les coûts du transport. Par ailleurs, outre les produits classiques de la Sonasid, elle produira du profilé.
Des études complémentaires sont également en cours pour la réalisation d'une aciérie électrique d'un coût de 700 millions de DH. Les évaluations devraient aboutir d'ici la fin de l'année. Mais de l'avis de MIT "si ce projet est approuvé, la rentabilité de la Sonasid souffrira du coût élevé de l'électricité en plus de l'endettement nécessaire à la réalisation du projet".
Parallèlement à ces projets de développement, la Sonasid est appelée à sécuriser son approvisionnement via des partenariats étrangers. Le choix a été porté sur Marcial Ucin, une entreprise familiale espagnole actionnaire à hauteur de 8,5% dans la Sonasid. Un accord a été signé dans ce sens engageant Marcial Ucin à approvisionner la Sonasid du tiers de sa consommation de billette.


La recommandation de MIT


"A court terme, les investisseurs peuvent être intéressés par la croissance des résultats et les niveaux de valorisation faibles compte tenu des perspectives attrayantes sur les deux prochaines années.
Toutefois, notre valorisation sur le long terme de la Sonasid nous laisse sceptiques quant à la régularité de sa croissance bénéficiaire au vu de la forte concurrence internationale attendue, d'où notre recommandation de sous-pondérer le titre».

Hanaa FOULANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc