×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Sommet panaméricain
    Les latinos refusent le libre-échange

    Par L'Economiste | Edition N°:2144 Le 03/11/2005 | Partager

    . Ils se sentent menacés par les termes de l’accord. Confrontation probable entre Chavez et BushLe continent américain se réunit vendredi 4 et samedi 5 novembre à Mar del Plata à l’occasion du 4e Sommet des Amériques, auquel des milliers de manifestants altermondialistes et anti-Bush se sont également invités.Le président américain George W. Bush, attendu jeudi 3 novembre dans cette station balnéaire de l’Atlantique, est la cible principale de ces milliers d’opposants. Le Sommet réunira 34 chefs d’Etat et de gouvernement du continent américain, à l’exception du président du Panama et du Honduras, les seuls à avoir décliné l’invitation. Le président cubain Fidel Castro ne figure pas non plus dans la liste des invités, faute d’être à la tête d’un gouvernement démocratique. Le face-à-face entre les deux présidents américains et vénézuélien, qui ne se croisent qu’à l’occasion de ces sommets panaméricains, sera celui de deux visions radicalement différentes de l’avenir du continent. Les Etats-Unis continuent à plaider pour la création d’un vaste marché commun de l’Alaska à la Terre de feu, baptisé Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), que le Venezuela mais aussi les pays du sud du continent ont jusqu’à présent refusé. Ces pays, dont l’Argentine ou le Brésil, refusent d’ouvrir leurs marchés sans contrepartie, notamment agricoles, de la part des Etats-Unis. La discussion lancée en 1994 par Washington à l’occasion du premier Sommet des Amériques n’a guère progressé depuis. Le président Bush, affaibli à Washington, sera aussi isolé à Mar del Plata où la majorité des chefs d’Etat et de gouvernement présents ne partagent guère sa vision du monde. Face aux blocages sur la ZLEA, l’Argentine a proposé de faire de ce rendez-vous le lieu d’une réflexion sur l’emploi et la pauvreté, en dépit des visions différentes sur ce thème du nord au sud. Le continent américain est celui qui connaît les plus fortes disparités entre riches et pauvres, et le fossé se creuse en dépit des bons résultats économiques obtenus récemment. L’Amérique latine a certes enregistré l’an dernier une croissance record d’environ 5,5% mais sans parvenir à réduire la pauvreté qui touche 220 des 512 millions d’habitants que compte cette partie du monde.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc