×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Sommet OCI: Ouverture aujourd'hui

Par L'Economiste | Edition N°:1624 Le 16/10/2003 | Partager

. Irak, Proche-Orient: Deux dossiers chauds. L'OCI n'arrive pas encore à jouer un rôle de “force diplomatique”Le Sommet de l'OCI qui s'ouvre aujourd'hui à Putrajaya en Malaisie et auquel participera SM le Roi, sera incontestablement la réunion la plus importante des représentants des pays islamiques depuis les attentats du 11 septembre. Il s'agit incontestablement d'un sommet de crise car jamais de toute son histoire, le monde musulman n'a semblé être autant en peine. Le dossier Irak devrait focaliser une grande partie des débats. L'on s'attend à ce niveau à ce que les chefs d'Etat de l'OCI se prononcent sur le projet de résolution discuté à la même période à l'ONU (Kofi Annan, qui devait prendre part au Sommet de l'OCI, a d'ailleurs annulé sa participation en raison des négociations en cours à New York). L'on s'attend à ce que l'Organisation demande un “calendrier précis et clair” pour la fin de “l'occupation”. C'est en tout cas la position qui se dégageait à l'issue des travaux préparatoires au Sommet. Le Proche-Orient constitue l'autre dossier chaud à l'ordre du jour. L'OCI devrait en principe condamner Israël pour son raid aérien mené dans la nuit du 4 au 5 octobre en Syrie, pays membre de l'OCI, et appeler l'ONU à empêcher le renouvellement de tels actes.L'Organisation de la conférence islamique (OCI), dont le Sommet des chefs d'Etat s'ouvre en Malaisie, aujourd'hui 16 octobre, a été fondée sur les cendres de l'incendie de la mosquée al-Aqsa de Jérusalem. L'Organisation entendait avant tout accroître la solidarité musulmane et soutenir le combat des Palestiniens. Ses membres représentent aujourd'hui 1,3 milliard de personnes, soit un cinquième de la population mondiale. De 24 membres en 1971, l'OCI en regroupe aujourd'hui 57 dont la Palestine, après avoir admis la Côte d'Ivoire en juin 2000, juste avant le Sommet de Doha (Qatar). Deux nations représentées ont subi une invasion américaine. L'Afghanistan siégera pour la première fois à l'OCI depuis 1996. Le Conseil du Gouvernement provisoire irakien sera lui aussi présent, après plusieurs semaines d'incertitude. L'OCI est tout sauf un bloc homogène, à l'image d'un islam pluriel, des jungles asiatiques aux déserts du Moyen-Orient, des richissimes Emirats du Golfe aux Républiques islamiques d'Asie Centrale, nées de l'effondrement de l'empire soviétique. Basé à Jeddah, le secrétariat général de l'OCI est dirigé depuis début 2001 par un Marocain, Abdelouahed Belkeziz. Une grande partie de son soutien financier vient de Ryiad. La charte de l'OCI, adoptée en 1972, prévoit également la coopération pour la protection des lieux saints et la poursuite de la paix mondiale.Mais malgré ses tentatives d'influer sur le cours de l'histoire dans certaines crises, comme en Afghanistan, en Somalie ou en Bosnie, l'OCI n'a jamais réussi à s'exprimer comme une force diplomatique cohérente et unie.Les trois dernières années ont même mis en cause jusqu'à son utilité, compte tenu de son incapacité à présenter un visage uni de l'islam, pour lutter contre son assimilation fréquente au terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.Synthèse L'Economiste


8 fois plus d'ordinateurs…

La Malaisie n'est pas un grand pays: 24 millions d'habitants, moins que le Maroc donc. Elle ne compterait guère au milieu des géants du Sud-Est asiatique ou de l'Asie en général, si elle n'avait fait une formidable révolution économique… en vingt ans. Le pays subsistait de culture vivrière et presque d'un seul coup, il est entré dans l'univers globalisé de l'industrie légère, des nouvelles technologies et du tourisme. Il l'a fait avec des défis successifs: construire les plus hautes tours du monde, par exemple. C'est ce qui a été fait, les deux tours jumelles Pétromas (société pétrolière de Malaisie) sont encore les deux plus hautes du monde. La Malaisie est une fédération de 13 petits Etats qui n'ont que relativement peu d'indépendance par rapport à Kuala Lumpur la capitale fédérale. C'est aussi un royaume, où le sultan, Salahuddin Abdul Aziz Shah joue un rôle plutôt effacé.C'est le Premier ministre, Mahatir, qui est le plus connu: il est au pouvoir depuis un peu plus de vingt ans et l'opinion publique nationale et internationale en fait le père de la révolution économique. Le PIB par tête y est trois fois plus élevé qu'au Maroc, soutenu par une production pétrolière et surtout une croissance moyenne de 7% l'an au cours de la dernière décennie. Cette croissance ne doit pas grand-chose au pétrole, puisque les pays arabes pétroliers, eux, ont reculé durant cette même période.Mais tout n'est pas rose en Malaisie: ce pays est devenu la cible et, dans certains des Etats, la base d'organisations islamistes ouvertement terroristes. Au cours de ces dernières années, le reste de la société s'est islamisé, un islam qui recouvre parfois, mais pas toujours, la contestation politique du régime. Le tourisme souffre beaucoup de cet état de fait: avant l'accroissement des tensions, le tourisme rapportait à la Malaisie deux fois et demie ce qu'il apporte au Maroc.La menace terroriste impose au Budget des augmentations très importantes des dépenses de sécurité (plus 18% d'augmentation en 2001 par rapport à 2000). L'effort d'investissement dans la sécurité va essentiellement au matériel et à la technologie: il n'y a pratiquement pas de chômage en Malaisie pour pouvoir puiser des hommes dans ce volant d'emplois.Il y a autant de téléviseurs par habitant qu'au Maroc, mais 4 fois plus de voitures, 3 fois plus de lignes téléphoniques et 8 fois plus d'ordinateurs...N. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc