×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Sommet 5+5
Emigration et sécurité, les deux urgences

Par L'Economiste | Edition N°:1656 Le 05/12/2003 | Partager

. Recherche d’une “solidarité active” entre le Maghreb et le sud de l’EuropeCe n’est pas à l’ONU qu’une solution au conflit du Sahara va pouvoir être dégagée, mais à travers une rencontre directe entre le Maroc et l’Algérie. Cette idée, qui prend de l’ampleur, est corroborée par les appels incessants que lance le Royaume en direction de l’Algérie et la volonté affichée par les USA de ne pas imposer de règlement. Le Sommet du groupe “5+5”, composé des dirigeants de la Méditerranée occidentale qui se tient aujourd’hui vendredi et demain samedi à Tunis, est une occasion pour aplanir les différends entre les deux pays, et par la même occasion ouvrir la voie à la consolidation de l’Union du Maghreb Arabe (UMA). Mis à part le volet de l’Unité maghrébine, ce sommet traitera, entre autres, de questions d’actualité liées à l’immigration clandestine, la sécurité et la lutte antiterroriste. Ces aspects constituent des défis majeurs pour les pays du nord comme du sud. L’urgence est mondiale. La visite éclair du secrétaire d’Etat américain Colin Powell au Maghreb et au siège de l’OTAN répond à des préoccupations essentiellement sécuritaires. Le Sommet 5+5 a été précédé fin octobre d’une réunion extraordinaire en France des ministres des Affaires étrangères des dix pays concernés. Elle a été consacrée à la stabilité et la sécurité, au développement économique, à l’intégration maghrébine, aux échanges humains et aux migrations. La coopération avec le Sud n’a jamais été aussi intensive. A Naples ou à Bruxelles, l’Europe multiplie les messages de soutien par la voix des commissaires Chris Patten et Javier Solana. Elle veut une “solidarité active”. Par ailleurs, les ministres maghrébins des Affaires étrangères s’étaient réunis à Alger le 22 novembre dernier en marge de la préparation de ce sommet.Ils ont établi une feuille de route qui définit les positions du Maghreb sur les questions de sécurité, la lutte contre le terrorisme, l’immigration clandestine, la stabilité, le développement économique ainsi que le dialogue entre les cultures.Les discussions se sont focalisées sur les fléaux du terrorisme et de l’immigration clandestine. Concernant l’épineux dossier du terrorisme, c’est un risque largement partagé entre l’Europe et ses voisins du sud. D’ailleurs, la question-clé de la sécurité en Méditerranée sera présente sous tous ses angles, y compris celui de la démocratisation. Cette dernière constitue en effet un moyen d’éviter les risques de déstabilisation. Pour le volet de l’immigration, il est question d’adopter une approche globale qui associe l’aspect sécuritaire, le développement économique et les aspects humains de ce phénomène (régulation des flux migratoires, l’émigration illégale, l’intégration des migrants et le codéveloppement).Les pays du Maghreb veulent une politique européenne “plus cohérente” en la matière qui tienne compte aussi des flux de Subsahariens. Le Maroc mais aussi la Libye sont particulièrement concernés. Suite à la visite du ministre de l’Intérieur Mustapha Sahel à Bruxelles et par la suite à Madrid, une agence maroco-espagnole a été créée pour réfléchir à des méthodes de prévention. Rappelons que le Royaume, et sur directives royales, vient de créer deux instances de surveillance, en l’occurrence la direction de l’Immigration et de la Surveillance des frontières et l’Observatoire de l’Emigration clandestine, chapeautées par le ministère de l’Intérieur (voir notre édition du 12 novembre 2003).


Dialogue

Le “dialogue 5+5” est un forum informel inauguré en 1991. Il a été réactivé lors d’une réunion ministérielle en 2001 à Lisbonne, mais était resté en veilleuse en raison entre autres des tensions liées au conflit au Proche-Orient.Ce forum est né d’une idée de la France et créé par la Déclaration de Rome en 1990. Il vise à favoriser un “dialogue efficace” entre pays du sud de l’Europe et du nord de l’Afrique pour faire du bassin méditerranéen “une ère de paix, de coopération, de sécurité et de stabilité”. Il regroupe les pays de l’Union du Maghreb Arabe (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) ainsi que cinq Etats du sud de l’Europe (France, Espagne, Portugal, Italie et Malte).Mohamed EL HARRATI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc