×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Sodea/Sogeta
«L’objectif n’est pas de rééditer la réforme agraire»
Entretien avec Ahmed Hajjaji, président du directoire de Sodea

Par L'Economiste | Edition N°:2842 Le 18/08/2008 | Partager

. Les défaillants de la 1re tranche écartés de la seconde. L’âge n’est pas un critère de sélection, l’Etat signe avec les sociétésL’ASSOCIATION des producteurs exportateurs de fruits et légumes vient de dénoncer les conditions d’attribution des lots de la deuxième tranche de l’opération partenariat public/privé autour des terres Sodea/Sogeta. Celle-ci aurait profité, à ses yeux, exclusivement aux gros producteurs.Ahmed Hajjaji, président du directoire de la Sodea et chargé de piloter le comité de sélection des candidats, s’en défend et apporte les précisions suivantes: - L’Economiste: Selon l’Apefel, les petits et moyens producteurs ont été écartés de la deuxième tranche, voire injustement déboutés. Qu’en est-il?- Ahmed Hajjaji: Tout d’abord, il faut rappeler que tous les objectifs, aussi bien de la première que de la seconde tranche de l’opération partenariat public/privé autour des terres du domaine de l’Etat, visent la mise en place de complexes agricoles et agro-industriels de grande taille, donc de superficie économiquement viable. Il n’a jamais été question de rééditer les affres de la réforme agraire. Et encore moins de procéder au morcellement des unités. Au contraire, nous avons même regroupé quelques exploitations pour offrir des surfaces aptes à recevoir de grands projets. - N’empêche que l’appartenance au secteur agricole n’a pas été considérée comme critère de sélection des candidats…- Le cahier des charges retient comme critère le professionnalisme qui est à rechercher au niveau du candidat. Ce dernier doit disposer d’une structure technique appropriée et rompue à l’activité agricole ou agro-industrielle. A défaut, il doit s’adosser à un partenaire disposant de compétences avérées dans le secteur. - Quid alors de certains attributaires qui ont bénéficié à l’issue de la seconde, bien qu’ils n’aient pas encore réalisé les projets contractés lors de la 1re tranche?- Absolument pas. Pour le moment, 14% des projets de la première tranche restent insuffisamment réalisés. Aucun candidat faisant partie de cette catégorie n’a été retenu lors de la deuxième tranche.- Et qu’en est-il du critère de la solvabilité ou de la garantie financière des attributaires?- C’est une condition sine qua none. Avant même de procéder à l’examen des dossiers technique, juridique et administratif, c’est l’attestation de capacité financière validée par une banque de la place qui prévaut. A défaut, le dossier est ipso facto rejeté. Et, lors de cette deuxième tranche, 27 candidats ont été éliminés dés le départ pour manque de ce document. Au demeurant, il est délivré suite à une enquête de solvabilité menée par la banque du candidat.- On reproche à la commission de n’avoir pas fait cas des jeunes promoteurs...- La question de l’âge des candidats n’a jamais figuré parmi les critères de sélection des attributaires. L’investisseur retenu doit obligatoirement se constituer en entité morale. Et, l’Etat ne signe les contrats d’attribution qu’avec les sociétés dûment constituées sans aucune considération de l’âge des sociétaires.- Même si une concession est accusée de favoriser la concurrence étrangère avec les propres ressources du pays?- Là, l’allusion est faite au groupe russe Sunway. En tant que simple citoyen marocain, je suis très heureux qu’un tel groupe s’intéresse à mon pays et qu’il soit attributaire. C’est le 1er importateur d’agrumes en provenance du Maroc avec un volume annuel voisin de 180.000 tonnes. Le fait qu’il soit désormais impliqué dans la production est de nature à renforcer notre position sur le marché russe.- Et le dossier des travailleurs des sociétés Sodea et Sogeta?- Il recevra le traitement le plus approprié. L’opération partenariat est d’une importance telle pour l’économie nationale qu’un plan social sera aussi de mise. Il n’est pas question de marginaliser cet aspect du dossier.Propos recueillis par Abdelaziz GHOUIBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc