×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Société Générale: Offensive sur le marché des particuliers

    Par L'Economiste | Edition N°:271 Le 13/03/1997 | Partager

    Segment jugé très rentable, la clientèle des particuliers attire la convoitise des banques. La Société Générale Marocaine de Banques prépare une offre étoffée pour cette catégorie. A l'appui de la réflexion, onze filiales de la Société Générale de France se sont réunies en séminaire pour échanger leurs expériences.


    La concurrence dans laquelle s'installe de plus en plus le secteur bancaire incite chaque institution à affûter sa stratégie de manière à mieux préserver ou augmenter ses parts de marché. La Société Générale Marocaine de Banques s'est inscrite de plain-pied dans cette logique en préparant de nouvelle actions pour le marché des particuliers. Selon M. Amine Benabdesslem qui a pris en charge la Direction Clientèle privée et institutionnelle depuis octobre 1996, «nous sommes en train de mener notre révolution interne pour aborder ce marché, qui constitue un axe de développement majeur, avec plus d'agressivité». Pour ce faire, le marketing constitue l'un des piliers essentiels sur lesquels doit s'appuyer la banque. «C'est à travers cette discipline qu'on peut marquer la différence», fait-il remarquer.

    C'est en partie dans cette optique qu'un échange de vues très élargi a eu lieu entre la maison mère, la Société Générale (France) et toutes ses filiales établies dans 10 pays, les 17, 18 et 19 février à Casablanca. Ce séminaire a permis aux différentes filiales de comparer leur expérience en vue de mieux définir leur offre, leur stratégie de manière générale. De fait, l'essentiel des points susceptibles d'intéresser la clientèle des particuliers, notamment les aspects liés au marketing, à l'environnement informatique, à la segmentation de la clientèle, à la gestion de patrimoine, à la qualité de service et à la bancassurance ont été abordés dans leurs aspects stratégique et pratique.
    De l'avis de M. Benabdesslem, l'expérience fut très profitable. De nouveaux produits adaptables au contexte local ont été identifiés. Il en est ainsi de 5 à 7 produits offerts au Liban qui, comme les autres pays en développement, est assez proche du marché intérieur par la nature des besoins de la clientèle.

    Nouveaux produits


    La banque veut tirer le maximum de l'expérience et de l'appui de sa maison mère qui émarge au rang de premier établissement bancaire privé français. Elle dispose d'un fonds de commerce à fort potentiel qu'il s'agit d'exploiter au mieux. Toutes les armes ne sont pas dévoilées. Cependant, il est souligné qu'un plan de développement sur trois ans est en cours d'élaboration. Une dizaine de produits relatifs au crédit, à l'assurance-vie et à l'épargne de manière générale sont en gestation. D'autres produits existants seront reliftés pour suivre l'évolution de la demande. M. Benabdesselem indique que le travail sera achevé d'ici deux ou trois mois. Quelques produits seront lancés au courant du second semestre 1997 et au début de 1998.
    Toujours pour coller aux particuliers, des groupes d'agences à vocation privée seront ouvertes dans une première étape. Suivront une à deux agences de patrimoine réservées à la clientèle haute gamme très exigeante et manifestant des attentes et des besoins spécifiques. Il est à noter que la Société Générale Marocaine de Banques s'est déjà placée sur le nouveau marché de la gestion de portefeuille en mettant en place un OPCVM, Sicav Perspective. D'autres structures de ce type devraient en principe être conçues pour cette catégorie de clientèle.

    A un cran au-dessous, la création de Sogécrédit spécialisée dans le crédit à la consommation, dont le démarrage des activités a eu lieu en 1996, répondait déjà à la nécessité d'élargir l'offre destinée à la petite clientèle. Avec une rentabilité globalement supérieure à celle du segment des entreprises, la clientèle des particuliers constitue une cible sur laquelle le tir doit être toujours plus précis. Ce qui est certainement bien compris par les responsables de la Société Générale Marocaine de Banques qui, dans le sillage de la réorganisation interne, ont décidé de la création d'une direction de la qualité, fonctionnelle depuis janvier. L'objectif est clair: bien cerner le terrain pour consolider la place actuelle et grignoter quelques parts de marché.

    La Société Générale en chiffres


    LA Société Générale Marocaine de Banques compte actuellement 110 agences et emploie 1.600 personnes. Les résultats de l'exercice 1996 ne sont pas encore publiés. La banque devrait en principe marquer une progression similaire à celle des trois grands établissements privés de la place: BCM, BMCE et Wafabank. En 1995, elle avait réalisé un bénéfice de 174 MDH pour un total bilan d'un peu plus de 14 milliards de Dirhams.

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc