×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

SNI: Désendettement spectaculaire en 1998

Par L'Economiste | Edition N°:473 Le 30/03/1999 | Partager

· Un résultat net part du groupe en progression de 18%
· Les matériaux de construction contribuent pour 33,2%
· 1 milliard de DH à investir sur trois ans


"Depuis la privatisation, nous avons opté pour une gestion dynamique mais prudente", affirme M. M'Fadel Lahlou, président de la SNI, à l'occasion de l'annonce officielle des résultats 1998 le 26 mars.
Cela n'a pas empêché le groupe de clôturer en beauté son troisième exercice consolidé. Malgré un chiffre d'affaires en régression de 4,3% en 1998, la SNI a réussi à dégager un résultat net consolidé de 1,1 milliard de DH, en progression de 7,3% par rapport à l'exercice précédent. Le résultat net part du groupe, lui, est passé de 505 millions de DH en 1997 à 596 millions, soit une croissance de 18%. Ce bénéfice a été réalisé grâce à l'exploitation (8%) et aux plus-values réalisées principalement à la suite de la cession de Cimar contre Asmar (10%).

Deux points noirs


Par secteur, les matériaux de construction contribuent à hauteur de 33,2% dans ce résultat (198 millions de DH), suivis de l'agro-alimentaire avec 165 millions de DH, soit 27,7%.
Ce résultat tient aussi compte de la contribution libératoire qui s'élève à 61 millions de DH pour l'ensemble des filiales dont 21 millions pour la part du groupe.
Le plus grand défi de l'exercice est la réduction de 93,3% du niveau d'endettement de la SNI. Celui-ci a été ramené de 1,1 milliard de DH en 1997 à 80 millions de DH à travers le recul des dettes des cimenteries, de la Sonasid et des Brasseries du Maroc. "Nous pourrons ainsi dégager des ressources importantes pour les années à venir si nous sommes amenés à investir", souligne M. Lahlou. D'ailleurs, la SNI a provisionné pour 290 millions de DH en 1998 en prévision des investissements, l'obligeant ainsi à mobiliser 1 milliard de DH sur trois ans au développement du groupe. Toutefois, les détails de ces projets n'ont pas été dévoilés. M. Lahlou estime qu'il est encore prématuré d'en parler. Mais l'intérêt que porte le groupe à Asmar montre que le ciment demeure le cheval de bataille de la holding.
Les comptes 1998 présentent une petite particularité: La méthode de consolidation a été revue pour quelques filiales. C'est le cas notamment de Lafarge Maroc et d'Eqdom qui sont passées à une intégration globale pour la première et une mise en équivalence pour la seconde. "Cette révision de méthode n'influe en rien sur les résultats", tient à préciser M. Lahlou. Les actionnaires auront droit cette année à un dividende de 17DH contre 15 en 1997.
Deux points noirs viennent cependant assombrir les comptes de la holding: Longométal et Cellulose du Maroc. Mais le poids des deux filiales reste peu important dans le portefeuille.

Hanaâ FOULANI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc