×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

SM Mohammed VI, quatre ans de règne
Le Maroc, entre droit et sécurité

Par L'Economiste | Edition N°:1571 Le 29/07/2003 | Partager

. Après le nouveau concept de l'autorité, celui du citoyen . L'après-16 mai: Secousses à tous les niveauxLe mercredi 30 juillet 2003, le Maroc célèbre les quatre ans de règne de SM Mohammed VI. L'année 2003 restera pour le moins une année-clef. Les attentats du 16 mai ont secoué les Marocains et raffermi leur détermination à asseoir un projet de société. L'après-16 mai a sorti le Maroc de sa léthargie. Non seulement, «le terrorisme ne passera pas», mais une des ondes de choc des attentats a poussé le Royaume à s'interroger comme jamais auparavant sur les droits de l'homme et l'Etat de droit: peut-on tout faire ou laisser faire au nom de la liberté et de la démocratie? Le Souverain a été clair dans le discours du 29 mai: «Fini l'ère du laxisme», qui résumait le sentiment d'une très grande majorité des citoyens.Juste après les attentats, SM le Roi a inauguré une série de projets d'habitat social à Casablanca et aux environs de Rabat. Le geste soutenait fermement la politique dite de proximité du gouvernement. Un consensus est en effet apparu pour dire que la misère, si elle ne justifie pas le terrorisme, en fait pourtant le lit: elle prive d'espoir des personnes qui se tournent alors vers l'extrémisme et la haine des autres. L'éducation du citoyen devient logiquement le centre des priorités: on attend d'ailleurs des initiatives royales, dans le prochain discours du Trône ce mercredi. Réforme du système de l'enseignement, lutte contre l'analphabétisme, accompagnement de la jeunesse… dessinent d'ores et déjà un nouveau paysage. Emerge une nouvelle définition du citoyen, que le Souverain voudrait empreint des «vertus de l'ouverture, de la modernité, de la rationalité, du sérieux dans ce qu'il accomplit». C'est aussi l'offensive d'une politique de proximité (entamée en 2001). Dans la foulée du 16 mai, l'adoption de la loi antiterrorisme a renforcé le pouvoir d'appréciation de la police.Les quatre ans de règne ont été marqués par un certain renouvellement de l'élite dirigeante, mais encore jugé insuffisant. Le nouveau concept d'autorité, annoncé en 1999 au moment de l'avènement de SM le Roi, est le fil conducteur. Le «big-bang» a été le départ de Driss Basri, perçu comme un «signe de rupture» avec le passé. Renouvellement aussi dans le très puissant, très riche et très opaque ministère des Affaires religieuses et des Habous où l'indéboulonnable Alaoui M'Daghri a été déboulonné, au profit d'un universitaire et philosophe, Ahmed Taoufik… pour s'apercevoir finalement qu'un bon tiers des mosquées étaient devenues «sauvages», sans compter ce qu'il est convenu d'appeler les «mosquées de garage». Certes, la partie n'est pas complètement gagnée, mais elle est bien engagée pour un retour à la légalité. Mais il fallait du cran pour s'attaquer à ce monde interlope, comme le prouvent aujourd'hui les ramifications des groupes intégristes. La réforme du ministère est à l'ordre du jour. Une des mesures de restructuration est la séparation entre les Habous (sorte de holding dont la taille est inconnue) et les Affaires islamiques, avec pour axe, la lutte contre les dérapages idéologiques et religieux.Les attentats ont mis à l'épreuve rudement le lien entre sécurité et liberté, et ce dans une société qui pensait paradoxalement que la sécurité était assurée et qu'elle ne devait pas être mise au premier plan. De la résolution de ce paradoxe est née la loi sur le terrorisme, le retour des fêtes urbaines sans complexes et les dernières nominations au ministère de l'Intérieur… et une forme de «réarmement idéologique du Maroc», qui donne du sens aux autres actions collectives.Mouna KADIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc