×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Sipec 92: peu de succès pour le salon du plastique

    Par L'Economiste | Edition N°:31 Le 28/05/1992 | Partager

    Plus de promeneurs que de visiteurs professionnels". Cette phrase résume le sentiment général des exposants du Sipec 92, qui s'est tenu du 21 au 26 Mai 1992 à la Foire Internationale de Casablanca.
    Comme le dernier Sea-Mer, le Sipec 92 n'a pas non plus échappé aux critiques formulées par la majorité des professionnels qui y ont participé.

    Réunissant environ 91 exposants, dont 27 étrangers d'Algérie, Tunisie, Espagne, France, Portugal, Suisse, Allemagne, le troisième Sipec s'est tenu sur une superficie de 3.200m2. Toutefois, certains stands ont été préparés mais les exposants concernés étaient absents à l'appel notamment des entreprises de Tunisie et d'Algérie. Par ailleurs, "le secteur du plastique au Maroc est composé de 500 fabricants. Une trentaine seulement ont participé à ce salon", affirme un exposant. Ce salon a aussi réuni des représentants des secteurs du plastique et de l'emballage au détriment du caoutchouc. Une entreprise tunisienne a établi, sur cinq jours, deux contacts "prometteurs". Parmi les multiples critiques soulevées par les exposants, arrive en tête le caractère peu professionnel des visiteurs, qui surtout le week-end "considèrent le salon pour une sortie familiale", suivi de très près par le prix prohibitif de la location des stands.

    Marasme financier

    Les professionnels marocains ont également regretté la faible présence des étrangers, qui exposent pour la même période en Europe et en Tunisie, "c'est dire le mauvais choix de la date qui a coïncidé avec des salons organisés à l'étranger et un week-end prolongé". De plus, les exposants tant nationaux qu'étrangers souhaiteraient pour les prochains salons une promotion plus large et à l'avance. Une coordination entre les organisateurs et les Chambres de Commerce est nécessaire "afin de drainer le maximum d'étrangers".

    Ainsi, le peu de visiteurs professionnels a réduit les chances et les opportunités d'établir des contacts avec de nouveaux partenaires potentiels. Les exposants étrangers déclarent être, finalement, "venus renforcer les contacts avec les clients déjà existants", connaître les concurrents et défendre leur position sur le marché.
    Toutefois, les visiteurs du Sipec 92 ont été attirés par une société espagnole fabricante de fils, tissu et sacs en polypropylène et polyéthylène, qui a recensé près de 40 contacts prometteurs. Il en est de même pour une société française de matériel d'occasion pour le plastique et l'agro-alimentaire qui, sur 60 visites par jour, a établi environ 15 contacts fermes. Le matériel neuf, quant à lui, n'a pas connu le même succès. Les professionnels tentent d'expliquer ce phénomène par le "marasme financier" que traversent actuellement les entreprises marocaines.

    Par ailleurs et parallèlement au salon, ont été organisées des journées sur l'emballage et l'environnement. Celles-ci, se déroulant dans des lieux différents et en dehors de la foire ont été critiquées par les exposants car "elles occupent les visiteurs potentiels du salon pendant toute la journée". L'IMEC a ainsi organisé une journée nationale sur la qualité et l'environnement. La protection de l'environnement est l'une des politiques prioritaires des pays industrialisés. L'emballage et le plastique sont devenus les principales cibles des partis écologiques qui prennent la défense de la nature.

    18 personnes employées

    Au cours de cette journée, un certain nombre de thèmes ont été traités, dont "La qualité et l'emballage" animé par M. Ali Zaki, Directeur Général de L'IMEC,"l'emballage et l'environnement", animé par un expert du Centre du Commerce International de Genève, "La transformation des matières plastiques au Maroc", "La qualité et les matières plastiques", "Les emballages et les plastiques dans la chaîne d'élimination des ordures ménagères au Maroc" et "La réglementation et la protection de l'environnement". Une autre journée relative à l'emballage a également été organisée par la chambre de Commerce et d'Industrie Française.

    Rappelons que le secteur de transformation des matières plastiques, du caoutchouc, d'emballage et de conditionnement comprend près de 290 entreprises auxquelles il y a lieu d'ajouter environ 200 sociétés dont l'activité de transformation des matières plastiques est secondaire et une trentaine d'unités d'impression et de façonnage d'emballages en carton divers. Ce secteur représente 5% de la production industrielle générée par l'ensemble des industries de transformation avec un chiffre d'affaires de 5,3 milliards de DH en 1990. Les exportations restent faibles et ne représentent que 5,7% de la production. Caractérisé par la petite et moyenne entreprise, le secteur emploie environ 18.000 personnes.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc