×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Siemens promet l’emploi à vie

Par L'Economiste | Edition N°:3369 Le 24/09/2010 | Partager

. Une première en ces temps de crise. Accord révisable à l’horizon 2013AUCUN licenciement sec, pas de fermeture d’activité ni de délocalisation! Voilà ce que promet Siemens à ses 128.000 salariés allemands. Selon le Financial Times, cet accord, signé avec le puissant syndicat IG Metall, marque un mouvement «inhabituel», même en Allemagne où les relations entre management et syndicats sont dans l’ensemble plutôt harmonieuses. Certains observateurs y voient la preuve que la crise a changé en profondeur les relations sociales. Seul bémol : le groupe allemand précise que l’accord pourrait être résilié par l’une ou l’autre des parties à l’horizon 2013. «Je n’ai jamais rien vu de similaire» déclare Hagen Lesch, expert des syndicats à l’Institut de recherche économique de Cologne. Et d’ajouter: «Je ne pense pas que cela soit économiquement raisonnable. Comment la firme pourra-t-elle parer aux revendications syndicales (hausse des salaires…), si elle ne peut brandir la menace de suppression d’emplois? «D’autres groupes industriels allemands, tels que les constructeurs automobiles, ont aussi des garanties d’emploi dans leurs usines principales, mais même la plus longue - à l’usine Daimler de Sindelfingen - est limitée à 10 ans.Dieter Scheitor, représentant d’IG Metall, a qualifié l’accord d’un signal «important» pour la main-d’œuvre et les entreprises en Allemagne. «Les bonnes relations entre la direction et la main-d’œuvre ont survécu à l’épreuve de la crise financière. Les deux parties ont montré beaucoup de flexibilité», a-t-il dit.Comme d’autres entreprises industrielles en Allemagne, Siemens a conservé l’an dernier sa main-d’œuvre nationale, en dépit de la forte récession. Cela a été possible grâce à un régime de réduction du temps de travail, soutenu par l’Etat, et d’autres mesures souples. Autre apport de cet accord inédit, il garantit le droit d’information au comité d’entreprise, si Siemens venait à vendre des parts de son activité, de sorte à donner aux travailleurs leur mot à dire dans le choix du soumissionnaire. Siemens et quelques autres entreprises industrielles ont, les dernières années, commencé à consulter leurs comités d’entreprise au cours des processus de vente, mais IG Metall affirme que c’est là la première fois qu’un tel droit d’information a été inscrit dans un contrat de travail.F. Z. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc