×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Sièges d'avions, paraboles, chauffe-eau : Maghreb-Elastoplast se diversifie pour rompre sa dépendance de l'automobile

    Par L'Economiste | Edition N°:113 Le 20/01/1994 | Partager

    Afin de rompre sa dépendance du domaine automobile, Maghreb Elastoplast a entamé depuis cinq ans une diversification par marchés et par produits. Cette diversification lui a permis d'amortir la crise actuelle du secteur automobile. L'entreprise obtiendra en mars 1994 la certification ISO.9002.

    Le dernier-né de Maghreb Elastoplast est la cabine des télé-boutiques, installées à Casablanca depuis juin 1993. L'entreprise réalise les cabines pour le compte d'Ave Phone dont les objectifs sont, dans une première phase, l'installation de 100 unités dans la seule ville de Casablanca. Le même nombre sera installé dans les autres villes. Aujourd'hui, 25 unités ont été déjà montées à Casablanca.

    Maghreb-Elastoplast, créée en 1978 dans le domaine de la sous-traitance automobile, a ainsi choisi de diversifier sa production depuis cinq années. Cette diversification fait suite à un constat : la dépendance de la société d'un seul marché. En effet, cette diversification lui a permis d'amortir la chute du montage local des voitures particulières ou des poids lourds. L'entreprise a réalisé en 1992 un chiffre d'affaires de 40 millions de DH. Il ne sera en réduction que de 4 millions de DH en 1993 soit 10% de moins, alors que le marché a chuté de plus de 30%. L'entreprise a même recruté, durant le dernier trimestre 1993, 23 personnes, car l'activité du polyester laisse présager un développement.

    Sur Airbus

    Sûre de son savoir-faire dans le domaine de la production de sièges en mousse polyuréthanne pour les voitures particulières, et en polyester pour les sièges de bus notamment, et pour tout ce qui touche à la garniture automobile (pare-chocs...), Maghreb-Elastoplast s'est lancée dans une diversification de ses marchés.

    "La capitalisation du travail avec les constructeurs étranger sur la base de cahiers de charges au niveau des chaînes de montage nous a facilité cette diversification", explique M. Abdelhak Mounir, directeur général de la société.

    Toujours dans les créneaux des sièges, l'entreprise a conquis de nouveaux marchés : les sièges ou les couchettes pour la SCIF, les sièges pour les salles de spectacles et les bureaux. Elle fournit également la RAM pour les "lifting" de ses avions.

    Dernièrement, l'entreprise a obtenu le marché de première monte des sièges de première classe des avions Airbus. L'intérêt de la compagnie aérienne est de délocaliser une production qui intègre une "valeur ajoutée travail" importante.

    70% en contrebande

    La diversification des produits a concerné les chauffe-eau solaires et les antennes paraboliques.

    La production des chauffe-eau solaires a débuté en 1992 et utilise le polyuréthanne pour l'isolation. Celle-ci est réalisée en association avec l'entreprise australienne Solhart. L'intégration actuelle est de 15%, mais le contrat entre les deux sociétés prévoit un taux d'intégration de 80%. Ce taux supposerait le développement du marché, ce qui n'est pas le cas actuellement.

    La société a réalisé une étude de marché visant les catégories sociales A et B+. Il s'est alors avéré que, par rapport à l'ensemble du marché des chauffe-eau, ceux qui utilisent les énergies renouvelables ne représentent que 10% alors que 80% utilisent l'électricité.

    Pour des pays comme la Turquie, Israël ou l'Afrique du Sud, le taux des chauffe-eau solaires par rapport à l'ensemble du marché des chauffe-eau atteint 50 à 60%. En Suisse, où la durée de l'amortissement est trois fois plus longue qu'au Maroc, ce taux atteint 30% (l'amortissement est calculé en fonction de l'énergie potentiellement captable).

    Maghreb-Elastoplast vend par le biais de ses distributeurs, au nombre de 10, implantés dans les grandes villes. Mais l'entreprise se charge elle-même de l'installation et du service après-vente. La garantie est de cinq ans et correspond à la durée de l'amortissement. Il s'agit "de rehausser une image ternie par des importateurs isolés", précise M. Mounir.

    Afin d'encourager l'utilisation des énergies renouvelables, la profession a demandé une exonération des droits et taxes applicables à l'importation, accordée au niveau du projet de Loi de Finances 1994. Dans le même créneau, Maghreb-Elastoplast compte lancer la production des séchoirs solaires pour les fruits et légumes en 1994.

    Pour les antennes paraboliques, la société a reçu l'homologation du Ministère des Postes et Télécommunications il y a 6 mois. Elle en produit actuellement deux types : 1,8m et 2m. D'après une étude réalisée par l'école américaine de Rabat pour le compte de Maghreb-Elastoplast, le partage du marché s'est révélé comme suit : 70% des acquisitions se font par le biais de la contrebande, près de 25% sont des importations directes et 5% par le marché organisé. M. Mounir précise que malgré le différentiel des droits et taxes avec ce qu'il appelle "les zones franches", ses prix demeurent concurrentiels. Il tente également d'argumenter ses produits par le service après-vente.

    L.T.


    Normes ISO.9002 pour mars 1994

    La production des sièges pour les avions Airbus a été l'aboutissement de longues tractations avec l'entreprise française Sogerma Aérospatial. Elles ont duré près de trois ans. Maghreb-Elastoplast a été auditée avant d'obtenir le marché. Dans la foulée, l'entreprise est en phase d'audit par la FAC pour être certifiée aux normes IS0.9002, probablement courant mars 1994.

    "Cette certification n'est pas pour l'entreprise une tâche difficile. Depuis longtemps, nous avons adopté une démarche qualité", indique M. Mounir. En dehors des procédures référentielles, chaque personne est à la fois un client et un fournisseur de ses collaborateurs. Il travaille selon le concept "d 'éviter de faire à son client ce qu'il refuse que son fournisseur lui fasse". Aussi, chaque employé est considéré comme une entreprise pouvant être rentable ou "canard boiteux". Dans le premier cas, l'employé reçoit des primes mensuelles et annuelles. Il est également promu. Dans le second cas, il suit une formation. Si sa productivité demeure inchangée, il est congédié.

    La formation occupe alors une place importante à Maghreb-Elastoplast. car la polyvalence est une condition nécessaire à la diversification de la production. Un plan de formation est établi chaque année pour ses 184 employés. Elle est réalisée en interne par ceux qui ont suivi des formations à l'extérieur ou par les plus "doués". En externe, l'entreprise fait appel aux services de l'OFPPT. Le budget consacré est habituellement de 1,5% du chiffre d'affaires. Ce budget sera porté à 2% cette année pour les besoins de la diversification.

    Maghreb-Elastoplast a été créée en 1978. Son capital est de 5 millions de DH. Les investissements de l'entreprise entre 1990 et 1992 se montent à près de 4 millions de DH. Un développement de la société en filiales est prévu au cas où les différentes activités atteignent leur vitesse de croisière.

    L'entreprise est édifiée sur une superficie de 10.000 m2 dont 4.000 couverts.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc