×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Sidi Bennour: La Cosumar investit 140 millions de DH

Par L'Economiste | Edition N°:1303 Le 02/07/2002 | Partager

. Plus de 60% des équipements ont été fournis par des industriels locaux C'est la première installation de conditionnement et de stockage du sucre granulé en Afrique: un silo vertical que la Cosumar vient de construire à Sidi Bennour. Ce site jouera désormais un rôle prépondérant parmi les trois sites de la Cosumar avec ses premiers appareils à cuire verticaux continus, au Maroc. La mise en service des installations a commencé en mai dernier. Cette double consécration permettra à une région connue pour sa culture de la betterave de connaître un réel essor. L'opération a nécessité un coût global de 140 millions de dirhams (www.leconomiste.com), financé par un fonds propre. Près de 60% des équipements ont été fabriqués par des industriels nationaux, est-il affirmé. L'objectif de ce projet, baptisé «passage en blanc à Sidi Bennour», est de produire directement le sucre blanc (granulé) sur toute l'année, au lieu d'acheminer les trois quarts de la production de sucre brut (65.000 tonnes par an) vers la raffinerie de Casablanca pour y être traités. Le quart restant était stocké sous forme de sirop qu'on retraitait à l'usine de Zemamra. Les deux opérations engendraient des surcoûts, notamment en transport, et retardaient l'ouverture de la sucrerie de Sidi Bennour à son environnement régional. Jusqu'en 2002, celle-ci restait une sucrerie traditionnelle tournant juste le temps d'une récolte et baissant rideau le reste de l'année. Une logique de proximité s'imposait alors à la Cosumar pour optimiser ses coûts et se préparer à un avenir où la concurrence s'annonce plus forte. En effet, depuis 1989, les prix du sucre son restés figés induisant le secteur dans une phase difficile. Selon Abdelaziz Abarro, DG de la Cosumar qui s'exprimait samedi dernier, lors d'un voyage de presse dans la région, les marges bénéficiaires ne cessaient de se rétrécir alors que les coûts des intrants augmentaient. Le programme d'investissement de la Cosumar garantit une certaine visibilité et plus de débouchés. Même si la libéralisation du secteur n'est toujours pas à l'ordre du jour. Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc