×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Sida: Le gouvernement sensibilise enfin

Par L'Economiste | Edition N°:1783 Le 04/06/2004 | Partager

. La première campagne médiatique est entamée . Près de 1.389 cas cumulatifs depuis 1986En 1986, le Maroc découvre son premier cas de sida. Dix-huit ans plus tard, le gouvernement entame sa première campagne de sensibilisation. Le décalage temporel entre les deux évènements est pour le moins flagrant. C’est en tout cas le sentiment qui régnait lors de la conférence de presse de présentation de cette campagne. Au 31 mai 2004, et selon les chiffres du ministère de la Santé, le Maroc compte 1.389 cas cumulatifs déclarés de sida. La répartition en est la suivante: 97% des cas déclarés sont de nationalité marocaine, dont la majorité résident au Maroc. La voie hétérosexuelle est le mode de transmission le plus répandu, avec un taux de 74%. Pour les tranches d’âge, 25% des cas enregistrés ont entre 14-29 ans. A noter que les femmes sont atteintes de manière précoce. En utilisant les techniques de calcul mises au point par l’OMS et l’Inusida, le programme national de lutte contre le sida estime le nombre de personnes porteuses du virus, à fin 2003, entre 13.000 et 16.000 individus. C’est donc dans ce contexte qu’a été initié le premier programme national de sensibilisation grand-masse. Une campagne médiatique qui aura coûté 3,5 millions de DH. Les objectifs sont au nombre de trois. D’abord, sensibiliser au risque du sida et informer sur les modes de transmission et de prévention. Ensuite, promouvoir le dépistage volontaire, anonyme et gratuit. Enfin, lutter contre la discrimination et la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH/sida. La campagne a commencé le 2 juin pour s’étaler sur six mois. Elle s’échelonnera sur quatre phases. Le dispositif de communication se compose de deux spots pour les deux télévisions. Une campagne radio dans les différents dialectes amazighs, en plus des nombreuses affiches dans les boulevards et dans les divers supports de la presse écrite. D’ailleurs, cette campagne aura eu le mérite de voir le jour. Car nul n’ignore les tabous qui entourent cette maladie. Non seulement dans l’esprit des Marocains mais aussi chez certains politiciens islamistes. Car certains voient dans la prévention contre le virus du sida, notamment en conseillant l’utilisation du préservatif pour tout acte sexuel à risque, une incitation à la débauche. D’ailleurs, quelques participants ont estimé la campagne pas suffisamment “poignante”. En réponse à cela, les responsables avancent le caractère sensible de “la chose”.Pour cette campagne, toutes les composantes de la société marocaine mettent la main à la pâte. En plus du travail des associations, les gens de l’art et du sport, ce sont les journalistes qui s’investissent aussi. Et ce, en réalisant des réductions significatives sur les tarifs de parution des affiches de sensibilisation.Houda BENBOUYA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc