×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Settat/Découpage communal
Les élus ont remis leur copie

Par L'Economiste | Edition N°:2731 Le 10/03/2008 | Partager

. Le nombre de communes réduit à 53. Des fusions en perspectivePlus de municipalités et moins de communes. C’est ainsi que l’ont décidé les élus locaux après quatre séances de travail consacrées au nouveau découpage communal. Dans le détail, le nombre de municipalités dans la province devrait passer de 8 à 11 et celui des communes rurales de 62 à 42. Soit au total 53 communes au lieu de 70 actuellement. Ce diagnostic a confirmé, entre autres, la ruralité de la province et l’importance des terrains collectifs qui représentent 21% de la superficie totale. Ces derniers, à n’en point douter, peuvent constituer un levier de développement si un mode d’exploitation plus approprié est adopté. Autre constat, à l’exception du réseau d’électricité et, dans une certaine mesure, celui de l’adduction d’eau potable, la province, surtout en milieu rural, est sous-équipée et reste vulnérable. D’ailleurs, le découpage de 1992, qui s’est soldé par la création de 30 nouvelles communes, a montré ses limites. Nombreuses sont donc les circonscriptions qui affichent des bilans en deçà des attentes. On note ainsi qu’elles sont caractérisées par une autonomie financière faible, que 75% des budgets de fonctionnement vont aux traitements du personnel et que les excédents réalisés sont insuffisants. Par ailleurs, l’on enreg istre un important flux migratoire du sud et de l’est vers le nord.Pour palier à tous ces dysfonctionnements, est proposée l’extension des périmètres urbains des 8 municipalités déjà existantes (Settat, Berrechid, Ben Ahmed, El Gara, El Borouj, Oulad Abbou, Ouled Mrah et Loulad). En outre, 3 centres urbains présentent aujourd’hui les conditions pour être érigés en municipalités. Il s’agit de Soualem-Sahel (17.962 habitants), Sidi Rahal Chatii (16.639 habitants) et Deroua (25.875 habitants).La création de deux nouvelles communes rurales correspondant aux territoires ruraux des municipalités, est également préconisée. Il s’agit des territoires ruraux de Deroua (commune d’Oulad Ziane) et de Soualem Sidi Rahal (commune de Soualem Trifia). Le projet d’adaptation ambitionne également de fusionner certaines communes. Au cercle d’El Borouj, il est proposé la fusion des communes rurales d’Aïn Blal et Oulad Freiha. A El Gara, il s’agira de la fusion des communes rurales Oulad Sebbah et Oulad Zidane, et des communes Foqra Oulad Amer et Riah. Au cercle de Berrechid, elles seront six: Ben Maachou et Sidi Abdelkhaleq, Sidi El Mekki et Lahsasna, et Sahel et Khyayta.Le projet propose également de rallier d’autres communes au cercle de Ben Ahmed. A savoir Lakhzazra et Nkhaïla, Oued Naanaa et Oulad Chbana, Ain Dorbane et Lahlaf, Oulad Fares, Sgamna et 2 fractions de Mrizigue, Sidi Hajjaj, Mnia et des territoires de Mrizigue et Sgamna.Au niveau de Settat, l’on préconise de rapprocher Oulad Saïd et Lahouaza, Khemisset Chaouia et Mzoura, Oulad Sghir et Oulad Aafif, Rima et Guisser, Bni Yagrine et Toualet, Tamadroust et Aïn Nzagh. Les pouvoirs publics espèrent que l’adaptation du découpage aux réalités de la région va permettre le désenclavement économique de plusieurs communes. En effet, celles-ci seront dorénavant intégrées dans des espaces plus viables bénéficiant d’un potentiel de développement renforcé. On attend également une meilleure répartition des richesses dans la mesure où les communes potentiellement nanties serviront de locomotive pour les collectivités pauvres. On espère, dans ce cadre, que le redéploiement des territoires des communes non viables favorisera l’amélioration des indicateurs budgétaires et financiers, ainsi que ceux relatifs à l’accessibilité aux infrastructures de base et aux équipements collectifs.En outre, l’instauration d’une homogénéité ethnique favorisera une meilleure cohésion sociale et l’émergence d’une nouvelle dynamique économique et politique. Mieux encore: on gagnera sur les frais de fonctionnement et, par consequent, une optimisation des ressources est envisageable. Ainsi, la création d’entités territoriales plus accessibles à l’investissement public et privé, est envisagée. Des entités de 250 à 300 km2 chacune et pour une moyenne de 16.000 habitants dans les communes rurales.Reste à signaler que le projet de nouveau découpage communal au niveau de la province de Settat entre dans le cadre de la démarche consultative initiée par le ministère de l’Intérieur autour de la réforme de la Charte communale (www.leconomiste.com). Son objectif est «le renforcement de la décentralisation et la consécration de la démocratie locale», avait déclaré Nour Eddine Boutayeb, directeur général des Collectivités locales, au démarrage du cycle de concertation avec les élus. La première rencontre s’était déroulée justement à Settat. De notre correspondant,Abdellah ECHAKHS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc