×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Service universel
    Maroc Telecom investit 2,8 milliards de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:2769 Le 05/05/2008 | Partager

    . 7.338 localités et 53 provinces à couvrir d’ici 2011Le désenclavement du monde rural figure en tête des priorités de Maroc Telecom, qui fait de «la téléphonie au service du plus grand nombre» son cheval de bataille. L’opérateur s’engage à investir 2,8 milliards de DH dans le cadre du programme de service universel baptisé «Pacte». Une opération qui devra rendre accessible et joignable une bonne partie de la population enclavée. D’ici 2011, cet investissement permettra à l’opérateur historique de couvrir quelque 7.338 localités rurales reculées en téléphonie mobile (GSM Edge).Pour son étape actuelle, le programme du service universel prévoit pour IAM de couvrir 1.500 localités dès cette année. A lui seul, l’investissement consacré à cette opération s’élève à quelque 762 millions de DH. Maroc Telecom avait, rappelons-le, participé à une consultation lancée par l’ANRT pour le projet Pacte. Le programme global prévoit la desserte de 9.264 localités allant sur la période 2008-2012. 80% de ce programme reviennent donc à l’opérateur historique.Réparties sur 53 provinces, ces localités figurent parmi les plus difficiles d’accès, souligne-t-on auprès de l’opérateur. Les services de téléphonie mobile offerts à ces bourgades devront les sortir de leur isolement: «Ils pourront appeler les secours en cas d’urgence, être en contact permanent avec leurs proches là où ils se trouvent tout en restant reliés au reste du monde», explique-t-on auprès de l’opérateur. Bien entendu, le désenclavement téléphonique devra développer à terme l’accès et la généralisation d’Internet et réduire en partie la fracture numérique dans l’arrière-pays. L’élargissement du périmètre du service universel, redéfini comme étant un service de télécommunications et non seulement un service téléphonique, inclut désormais la fourniture des services à valeur ajoutée, notamment l’accès à l’Internet. A noter au passage que la notion de service universel est définie comme un service minimum consistant en la fourniture d’une prestation télécoms à un prix abordable dans des zones à faible rentabilité où en principe aucun opérateur n’investirait de son propre chef. Une bonne partie des zones concernées par ce service inclut des localités couvertes par l’Initiative nationale de développement humain (INDH).Les définitions du service universel font valoir quatre catégories de zones cibles: des zones blanches où les opérateurs n’ont jamais exercé. Ensuite des zones rurales dans lesquelles Internet n’existe pas encore. A ces zones, s’ajoutent celles des centres communautaires et celles relevant de l’INDH. L’introduction du service universel a aussi le mérite de permettre au Maroc de disposer d’une cartographie exhaustive en matière de télécommunications.


    Programme Pacte

    Au total, le programme Pacte prévoit de connecter 9.264 localités. Près de 2 millions de personnes dev-ront bénéficier de services télécoms d’ici 2011. A noter que près de la moitié des localités ciblées par Pacte relève des communes répertoriées INDH. Pour gagner le pari du service universel des télécommunications, l’ANRT a mis en place une série de dispositions. Le régulateur a également créé un fonds destiné au financement de l’ensemble des programmes du service universel.A. R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc