×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Semences de pommes de terre
Concurrence déloyale?

Par L'Economiste | Edition N°:2360 Le 13/09/2006 | Partager

. 26% des besoins du Maroc couverts par les importations. Les Hollandais et Ecossais très performants. La production nationale, un échecLes Marocains, champions africains de la consommation de pomme de terre! Avec une consommation annuelle par tête d’habitant de 30 kg, ils figurent en tête du palmarès africain des amoureux de la pomme de terre, ce tubercule si cher aux Allemands. Les autres pays du continent n’en consomment que 8 kg/an/tête d’habitant, contre 80 kg pour les Européens et 60 pour les Américains. Pourtant, le Maroc ne produit plus de semences de pomme de terre. Ou presque! La production moyenne de semences certifiées est de l’ordre de 2.300 tonnes par an, pour un marché dont les besoins sont évalués à 140.000 tonnes. La production locale couvre à peine 2% des besoins, contre 26% pour les importations. «La production nationale a été un véritable échec», affirme Ahmed Ouayach, président de la jeune Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (Comader). L’Etat aurait pourtant tenté d’être performant dans cette filière. La Sonacos, entité étatique, n’aurait pas réussi à satisfaire un marché pourtant à fort potentiel. La production nationale a progressivement laissé la place aux importations. «Les producteurs locaux de pommes de terre préfèrent ce qui est acheté à l’étranger, ajoute Ahmed Ouayach, au détriment d’une production locale dont les coûts ne permettent pas d’être aussi compétitifs que les produits importés». Les producteurs nationaux seraient-ils incapables d’affronter la concurrence? Au sein de la profession, les avis sont nuancés. Plutôt que de parler d’incapacité, certains préfèrent évoquer un cas de dumping. Ou plus exactement de prix à l’import «imbattables». «Le Maroc dispose de capacités suffisantes pour couvrir l’ensemble des besoins», affirme Abdellah Radouani, directeur des Domaines El Boura. L’entreprise, située à Taroudant, est connue pour être une des plus performantes du secteur. Seule société à «produire de la semence en laboratoire», selon Radouani, elle ne dispose pourtant que d’une «très faible part de marché». Principal motif invoqué : l’absence de subventions de la production de semences pour pommes de terre. L’attitude des autorités de tutelle à cet égard est jugée «illogique». «L’Etat préfère sortir de la devise en favorisant les importations plutôt que d’encourager une production nationale qui a toutes les chances de répondre à la totalité des besoins», ajoute Abdellah Radouani. A l’Association marocaine des producteurs de semences (AMPS), affiliée à la Comader, le discours est quasi-similaire. L’existence d’énormes potentialités est indéniable… Encore faut-il les exploiter. «Le Maroc a d’énormes atouts», y affirme-t-on. Zones favorables pour la multiplication de semences de pommes de terre, textes législatifs et réglementaires pour la production, contrôle et certification, structures fonctionnelles de production des semences de prébase et de base comme la Sogeta et les Domaines El Boura, existence de 150 variétés: tous les ingrédients semblent réunis pour que la production nationale soit le principal fournisseur des agriculteurs nationaux. On y évoque aussi l’existence d’importantes contraintes de développement, comme le coût très élevé des frais de stockage, qui représentent jusqu’à 30% du prix de revient ou encore l’absence d’un programme national de création de variétés nouvelles. Et pourtant! Sur les dix (voire quinze) dernières années, les importations de semences certifiées ont connu des hausses considérables, au détriment d’une production nationale qui s’effrite, disparaît quasiment. Les statistiques de l’AMPS font état de chutes inquiétantes. La production nationale est ainsi passée de 6.798 tonnes au cours de la campagne agricole 1990/91 à 1.130 tonnes en 1999/2000. Depuis lors, elle serait presque nulle. En revanche, les importations sont passées de 28.226 tonnes en 1991/1992 à 40.000 en 2005/2006, la moyenne enregistrée depuis le début de la décennie. En valeur, elles ont représenté en 2004 l’équivalent de 138,2 millions de dirhams selon l’Office des Changes. A noter que les droits de douane sont de 25% dans le cadre du contingent de 50.000 tonnes avec l’UE et de 40% hors contingent. La Hollande carbure dans le palmarès des fournisseurs. Elle se place en tête de liste, devant les Ecossais, qui fournissent environ 27% des besoins du marché, une part qu’ils veulent améliorer. Une délégation d’exportateurs de semences de pomme de terre écossaise présente d’ailleurs aujourd’hui un show-room à Casablanca. Les producteurs locaux ne semblent pas voir d’un bon œil ce type d’initiatives. Non pas qu’ils s’opposent aux importations. Ce qui les dérangerait le plus concernerait la qualité des semences importées et donc… les prix pratiqués par les fournisseurs étrangers. «Les importateurs nationaux s’approvisionnent auprès de fournisseurs qui ne vendent pas toujours la meilleure qualité. De ce fait, les prix sont dérisoires, ce qui concurrence de façon déloyale toute production locale», déplore M. Radouani. Le prix moyen à l’import serait de l’ordre de 1,5 dirham le kilogramme. Alors que le prix de revient local est compris entre 3 et 3,5 dirhams le kilo, sans compter les frais supplémentaires. Le prix réel serait estimé au moins à 5-6 dirhams le kilo. Les producteurs affirment à maintes reprises avisé les autorités de ce différentiel. Sans toutefois obtenir d’écho favorable.


Pour la petite histoire…

Il fut un temps où la pomme de terre était considérée comme «le fruit du diable». Au XVIe siècle, elle pousse si facilement qu’elle ne peut être perçue que de cette façon. Introduite en France durant ce siècle, elle ne commence à être franchement cultivée qu’aux environs de l’année 1763 par le Français Parmentier qui en apprécie les vertus et va même jusqu’à publier un «ouvrage économique sur la pomme de terre, le froment et le riz». Quelques années plus tard, les prêtres la cultivent même dans leurs jardins et en font, face aux famines qui sévissent, un des mets principaux. En réalité, la pomme de terre est originaire du Pérou. Ce légume y est cultivé depuis plus de 8.000 ans. La pomme de terre est riche sur le plan nutritionnel. 100 grammes cuits à la vapeur satisfont par exemple 6 à 7% des besoins quotidiens d’un adulte en protéines et 50% en vitamine C. Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc