×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Semaine mondiale de l'eauLe Maroc gaspille ses ressources

Par L'Economiste | Edition N°:1834 Le 17/08/2004 | Partager

. L'accès à l'eau potable ne touche que la moitié des ruraux . Les techniques ancestrales d'irrigation engendrent un énorme gaspillageLa raréfaction des ressources mondiales en eau douce est préoccupante. En effet, l'ONU estime que plus d'un milliard de personnes dans le monde sont actuellement privées d'eau potable. Au moins une personne sur quatre vivra dans un pays affecté par des pénuries d'eau douce en 2050, soit 7 milliards d'individus dans 60 pays, prévoit l'organisation. Il est prévu que dix-sept pays africains (dont le Maroc) seront en pénurie d'eau d'ici 2010 et disposeraient de moins de 1.000 m3 d'eau par habitant et par an. Le Maroc en souffre déjà. Près de 93% de l'eau produite par les barrages est utilisée pour l'agriculture et seulement 7% de cette eau va à la consommation des ménages et à l'industrie. Et les techniques d'irrigation obsolètes engendrent des gaspillages importants. Ainsi, un milliard de m3 d'eau est gaspillé chaque année: du gâchis. Si grâce aux barrages construits dans les années 70, les zones urbaines sont bien alimentées en eau, plus de 50% des ruraux ne disposent pas d'eau potable. Il s'approvisionnent souvent dans des puits, des oueds ou des rivières, où l'eau peut être contaminée par des déchets de toute nature drainés par le vent, les eaux de ruissellement, l'eau polluée infiltrée par le sol, les polluants industriels. D'ailleurs les récipients utilisés sont souvent mal entretenue, inadéquats ou mal protégés. Conséquence: le taux de mortalité infantile est élevé dans les campagnes et est causé par les microbes contenus dans l'eau ingérée. Il est urgent d'agir car c'est une question de survie pour beaucoup de personnes. D'autant plus qu'avec la pression urbanistique et démographique, le développement industriel et agricole, les rejets de matières polluantes dégradant la qualité de l'eau ne cessent de s'accroître. Il faut généraliser au plus vite l'accès à l'eau potable. L'objectif du secrétariat d'Etat chargé de l'eau est de faire en sorte que 90% des populations rurales aient accès à l'eau potable d'ici 2007. Parmi les méthodes à envisager: le dessalement ou les transferts d'eau entre bassins excédentaires et déficitaires. Mais le coût est jugé élevé pour la première méthode et la deuxième montre ses limites en cas de sécheresse. Or, rappelons qu'au cours des 22 dernières années, le Maroc a connu 14 années de sécheresse! Pour une meilleure irrigation de l'agriculture et une lutte contre le gaspillage, il faudrait traiter et épurer les eaux polluées dans toutes les villes industrielles, ce qui permettrait de récupérer des déperditions avoisinant un total de 40% de l'eau exploitée, selon le secrétariat d'Etat chargé de l'eau. La technique de filtrage d'eau afin d'en tirer les métaux lourds permettrait une meilleure utilisation agricole. Mais le mieux serait d'adopter des techniques modernes d'irrigation.


Grand-messe suédoise

La semaine mondiale de l'eau a démarré hier 16 août et elle se poursuivra jusqu'au 20. C'est à cette occasion que se tient actuellement la treizième édition du symposium sur l'eau à Stockholm, en Suède. Le thème de cette année est “la gestion de drainage des bassins”. Organisée par l'Institut international de l'eau de la ville suédoise, cette rencontre réunit des experts et dirigeants d'une centaine de pays, pour débattre des mesures à mettre en œuvre en vue d'améliorer les ressources mondiales d'eau.N. B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc