×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Séisme d'El Hoceïma
“Rendre effectives les normes parasismiques”
Taj Eddine Cherkaoui, de l'Institut scientifique de Rabat

Par L'Economiste | Edition N°:1712 Le 25/02/2004 | Partager

. Taj Eddine Cherkaoui est géophysicien et sismologue. Il travaille au département de Physique du globe de l'Institut scientifique. Il a participé à plusieurs recherches sur la sismicité au Maroc. Il est également l'auteur de plusieurs publications sur l'aléa sismique.- L'Economiste: Comment expliquez-vous des dégâts d'une telle ampleur?- Taj Eddine Cherkaoui: La région d'El Hoceïma est une zone à forte sismicité, mais les secousses n'ont jamais été aussi violentes. Il y a déjà eu un séisme le 26 mai 1994, mais l'épicentre était en mer, ce qui a limité les dégâts. Maintenant, c'est à une dizaine de km au sud-ouest de la région que nous avons détecté l'épicentre (latitude nord 35,21 - longitude ouest 3,94). La profondeur estimée est de 5 km. Le tremblement de terre a eu lieu à 2 h 27 minutes 48,5 secondes. Toujours selon nos estimations (qui sont provisoires), la magnitude a atteint 6,1 degrés sur l'échelle ouverte de Richter. Au-delà de 5 degrés, le tremblement provoque systématiquement des dégâts, surtout lorsque les constructions ne sont pas antisismiques. Le séisme d'Agadir de 1960 avait une profondeur de 3 kilomètres seulement.- Quelles sont les mesures à activer?- Appliquer d'urgence les règles de constructions parasismiques. Le problème se pose pour les constructions faites antérieurement. Elles n'obéissent pas aux règles fondamentales de construction. Il est plus grave dans les zones montagneuses, comme le Rif. Ainsi, El Hoceïma a essuyé moins de dégâts qu'Imzouren, par exemple, fief de constructions archaïques. Mais il faut aussi s'attaquer aux grandes villes.- Pourquoi l'activité sismique est-elle si fréquente dans cette région?- En fait, c'est tout le bassin méditerranéen qui est concerné. Le Maroc se trouve à la limite des plaques tectoniques. L'activité sismique est issue du rapprochement des plaques africaines et européennes. Lesquelles entrent actuellement en collision. Elles se rapprochent de 0,5 cm par an, ce qui provoque des séismes tout au long de la ligne sismique de ces plaques. Cette ligne sismique va des Açores, passe par le détroit de Gibraltar, le Nord du Maroc et de l'Algérie, et remonte vers l'Italie.


Echelle de Richter

L'échelle de Richter mesure la magnitude d'un séisme, c'est-à-dire la quantité d'énergie qu'il libère jusqu'à 100 kilomètres de l'épicentre. Elle comprend 9 paliers exprimés en degrés. L'Institut scientifique de Rabat a observé une magnitude 6,1 sur l'échelle de Richter.La marge d'erreur communément admise est de 0,5, selon Taj Eddine Cherkaoui, géophysicien et sismologue à l'Institut scientifique de Rabat. “Les différences sont imputables aux méthodes de calculs”. Le résultat de l'Institut marocain a été confirmé par le Centre de sismologie euroméditerranéen basé à Strasbourg.


Normes parasismiques

Les normes parasismiques (code RPS 2000) sont entrées en vigueur en mars 2003. Selon le président de l'AMCI-centre (Association marocaine du conseil et de l'ingénierie), Yasser Berrada, les bureaux d'études ont intégré ces normes et l'appliquent de plus en plus. Reste à sensibiliser le promoteur et faire impliquer les communes. L'AMCI suggère que les bureaux d'études délivrent une attestation de conformité après réalisation des constructions. Le programme des logements sociaux va-t-il bénéficier de ces normes? “Oui”, assure un responsable au ministère de l'Habitat. Mais imposer des normes antisismiques signifie obligatoirement la redéfinition réglementaire du concept de logement social, et donc, la révision de la valeur immobilière (VIT). Sur qui va se répercuter le coût de la sécurité? Le promoteur acceptera-t-il de réduire sa marge? Ou l'acheteur acceptera-t-il de payer plus cher? Propos recueillis par Mouna KADIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc