×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Sécurité: Nouvelles restrictions pour les visas

Par L'Economiste | Edition N°:1574 Le 04/08/2003 | Partager

. USA: L'entretien généralisé… ou presque . Arabie saoudite: Contrôle par empreinte génétique Les procédures de visas pour les USA ont encore une fois été renforcées, et ce depuis le 1er août. Selon les services consulaires du département d'Etat américain, de nouvelles dispositions sont entrées en vigueur. Celles-ci visent à “renforcer la sécurité des Etats-Unis et créer une plus grande uniformité dans la délivrance des visas dans les différents consulats”. Ainsi, tout demandeur devra se rendre à un consulat en vue d'un entretien avec un agent consulaire. Jusque-là, des dérogations étaient accordées à certains cas. Mais le département d'Etat vient d'en restreindre les bénéficiaires. Un plus grand nombre de demandeurs devront passer l'entretien avec l'agent consulaire. Conséquence: la délivrance du visa nécessitera plus de temps. Selon Stephan Edson, responsable de la direction des Affaires consulaires, “depuis le 11 septembre, l'examen des modalités de délivrance des visas se fait selon un objectif sécuritaire. Le nombre d'entretiens s'est donc fortement accru”. En vertu des nouvelles règles, les catégories de demandeurs qui pourront être dispensés d'un entretien sont les personnes âgées de moins de 16 ans ou de plus de 60 ans, les fonctionnaires ou les responsables d'Etats étrangers, les personnes qui ont déjà obtenu un visa non-immigrant et qui n'ont pas enfreint les règles, ainsi que les personnes pour qui l'intérêt national justifie l'octroi d'une dérogation. Le responsable consulaire a souligné aussi que les agents consulaires tiendraient compte des besoins des étudiants. Stephan Edson ne manque pas de souligner que l'obtention d'un visa ne garantit pas une entrée au territoire.Depuis le 11 septembre, le nombre des demandes de visa a diminué. Il est passé de 10 millions en 2001 à 8 millions en 2002. Ces chiffres vont dans le sens des soucis de certains spécialistes. Ces derniers prévoient une diminution encore plus importante des étudiants, chercheurs et jeunes voulant venir dans le pays de l'Oncle Sam. Pour sa part, l'Arabie saoudite a, elle aussi, décidé d'appliquer, dès la fin de cette année, le système de contrôle de l'identité des personnes voulant accéder à son territoire à travers l'empreinte génétique. Selon la MAP, qui cite le quotidien saoudien Al Watan, le directeur général de l'Administration des passeports, le général Abdelaziz Al Sajini, “cette nouvelle technique devrait mettre un terme à de nombreux types de fraude, dont la falsification des passeports et des documents de résidence. Elle devrait aussi permettre de lutter contre le phénomène de détournement de fonds par la main-d'oeuvre étrangère”. Ce système permettra aussi de renforcer la nouvelle réglementation destinée à mieux gérer la période du haj, et notamment de lutter contre le séjour illégal de milliers de pèlerins après l'accomplissement des rites.L'Arabie saoudite reste très marquée par les attentats terroristes et les menaces d'attaques. Notamment contre les bases américaines. Plusieurs arrestations ont eu lieu, et la sécurité a été renforcée.


L'essor de la destination Thaïlande

L'ambassade de Thaïlande, elle, vient de revoir les frais de visas. Ces tarifs rentreront en vigueur à partir du 26 août. Ainsi, un visa de transit coûtera 320 DH par personne et par entrée, le visa touristique est à 420 DH. Pour les visas non-immigrant, 800 DH par entrée et par personne et 2.000 DH multiple et pour une année. Aussi, selon le consulat honoraire du royaume de Thaïlande à Casablanca, les demandes de visa, devenu obligatoire depuis le début de l'année (www.leconomiste.com), ont augmenté. Ainsi, pendant les cinq premiers mois de 2003, 200 visas ont été octroyés. Mais pour le seul mois de juillet, le consulat en a recensé 275. La Thaïlande est une destination qui devient de plus en plus accessible. Laquelle a été boudée pendant la crise de la pneumonie atypique. Houda BENBOUYA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc