×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Sécheresse : Bilan du programme de protection du cheptel

    Par L'Economiste | Edition N°:191 Le 03/08/1995 | Partager

    Actuellement, le déficit fourrager est estimé à 2 milliards d'Unités Fourragères (UF), et ce sur la base de la production des céréales dont le niveau a atteint 16 millions de quintaux cette année. Pour les experts du Ministère de l'Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole, la couverture, à 50% du déficit, doit permettre le maintien du cheptel reproducteur et une production en viande et en lait à hauteur de 95% des prévisions pour 1996 et 1997.
    L'analyse des indicateurs relatifs à l'état d'approvisionnement du marché en produits animaux et en aliments de bétail reflète une situation normale "grâce aux opérations de sauvegarde et de protection du cheptel".

    Il est à rappeler que les fonds mobilisés pour la réalisation des programmes s'élèvent à 485 millions de DH, dont 354 millions pour les subventions d'aliments composés, 80 millions pour leur transport, 30 millions pour l'abreuvement du cheptel et 21 millions pour la protection sanitaire du cheptel.
    A fin juin, le bilan des réalisations fait ressortir:
    - En matière d'approvisionnement du marché en aliments de bétail, plus de 1 million de quintaux composés subventionnés à hauteur de 50%, au prix moyen de cession variant entre 1.100 et 1.305 DH/t selon la destination ont été distribués. Environ 2,2 millions de quintaux d'orge ont également été distribués, au prix de cession de 160 DH/q sortie port et de 170 DH/q arrivée chef-lieu de la province. De plus, depuis le 14 juin, ce prix a été révisé à la baisse, soit 140 DH/q sortie port et 150 DH/q arrivée chef-lieu de la province.

    Les SCAM et CMA ont bénéficié de 37% des quantités débarquées dans les ports de Casablanca, Tanger, Agadir et Nador dont le transport est à la charge de l'Etat. L'Association des Fabricants des Aliments Composés a bénéficié d'environ 21% destinés à la fabrication d'aliments composés et 9% pour les orgeries.
    Le 15 juillet 1995, près de 100.000 t étaient encore disponibles dans les ports.
    Par ailleurs, les importations libres d'aliments de bétail en exonération de taxes et droits de douane ont concerné 3.600.000 quintaux. En outre, les frais de transport des aliments de bétail, notamment ceux importés exonérés de taxes et droits de douane et l'orge mise en vente par les SCAM et CMA, ont été pris en charge par l'Etat pour un montant de 35 millions de DH.
    - En matière d'entretien et d'aménagement de points d'eau, le déficit en eau enregistré dans plusieurs provinces a eu des conséquences négatives sur l'abreuvement du cheptel, à l'exception des périmètres irrigués.

    Meriem OUDGHIRI.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc