×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

SAR le Prince Héritier analyse l'UE et l'UMA : Un regard politique moderne sur le commerce, l'islamisme

Par L'Economiste | Edition N°:149 Le 13/10/1994 | Partager

Qu'est ce qui fait que l'UMA prolonge "sa sieste"? Est-ce qu'une intégration maghrébine développerait les relations avec l'UE ? Quel rôle jouent les avanies de la pêche, les systèmes politiques ou les tentations islamistes?... Telles sont quelques-unes des questions qu'aborde la thèse de SAR Sidi Mohammed.

Soutenue à Sophia-Antipolis en octobre 1993, la thèse de SAR le Prince Héritier, "La coopération entre l'Union Européenne et les Etats du Maghreb", vient de sortir aux éditions Nathan, sous le nom de collection "Edification d'un Etat moderne", à travers laquelle sont publiées chez différents éditeurs les études de références concernant la modernisation du Royaume. La Faculté de Rabat a organisé le mardi 11 octobre une journée autour de l'ouvrage, avec une série de tables rondes.

Dans ce travail universitaire classique, ce que le lecteur cherchera ce sont évidemment les réflexions politiques de l'auteur. La démarche scientifique imposée par la méthode universitaire ne les interdit pas: ces réflexions y sont et la réserve avec laquelle elles sont livrées leur confère davantage de force. Ces réflexions se trouvent semées tout au long du livre.

C'est ainsi qu'en observant les relations commerciales, l'auteur note la double référence: le modèle relevant des pays du Bassin méditerranéen appliqué par l'UE aux pays méditerranéens du Maghreb et le modèle de Lomé, plus favorable, appliqué à la Mauritanie. S'y ajoute un troisième cas de figure, la Libye, sans accord. Il n'y a donc pas d'angle maghrébin dans la vision européenne des rapports avec ses voisins immédiats. De plus, analyse l'auteur, les hydrocarbures étant exclus des accords, les échanges sont structurellement déficitaires, avec diverses limites imposées au jeu commercial.

SAR Sidi Mohammed classe en trois rubriques ces "dispositions restrictives": juridiques, économiques et politiques. L'ouvrage détaille aussi la coopération financière et technique, dont il relève l'extrême faiblesse. Il manque deux points à l'analyse: les engagements dits de "coopération fine" qui concernent les aides (qui sont, il est vrai, encore plus modestes) aux entreprises mixtes privées des deux rives et les rivalités intra-européennes quant à la gestion de l'aide communautaire, surtout lorsque celle-ci s'adresse à des programmes d'infrastructure où les entreprises européennes sont concurrentes entre elles. En revanche, il est bienvenu de traiter dans un chapitre à part les relations issues de la pêche: l'usage veut qu'elles soient une sorte d'appendice aux relations commerciales, au même rang que l'agriculture et l'industrie. En fait, la pêche est, non seulement l'objet d'un accord à part, mais, comme le souligne l'auteur, les masses en jeu sont plus importantes. Parallèlement, la pêche influence à la fois les travaux sur la proposition de libre-échange et le comportement des Etats membres dans d'autres domaines de coopération.

Abordant la question de l'UMA dans la 2ème partie de sa thèse, SAR le Prince Héritier évite soigneusement le langage, soit emphatique, soit pessimiste, qui est d'usage en la matière. S'il est tenté par endroits de faire oeuvre de témoignage, il ne s'en oblige pas moins à la démarche universitaire du chercheur qui référence soigneusement ses observations. Cette démarche lui permet d'avancer sereinement sur des dossiers objets de polémique, comme l'héritage contemporain des choix politiques des années 60, les rivalités pour le leadership régional ou encore les options des Islamistes

Si le lecteur ne s'attend guère, sous la plume de SAR Sidi Mohammed, à aborder les crises intra-maghrébines sous l'angle des conflits territoriaux et de la course pour le leadership (l'explication commune par l'idéologie est repoussée), ce lecteur s'attend encore moins à trouver des remarques sans appel sur l'Islamisme: l'auteur montre qu'il s'agit pour le Maghreb d'un nouveau phénomène d'acculturation, se substituant au modèle occidental qui avait prévalu au cours des 25 premières années de l'Indépendance. Pour l'auteur, les obstacles au fonctionnement de l'UMA sont essentiellement d'ordre politique. Il n'en détaille pas moins longuement les instances de l'Union, relevant au passage les défauts de constitution qui alourdissent les procédures de décision ou bien les occasions manquées de les faire fonctionner. A ce niveau le livre est une somme, minutieuse et détaillée. L'ouvrage se penche enfin sur les différences d'intérêts que portent les Etats de l'UMA à l'UE, différences provenant de leurs propres différences, entre eux. Relevant la note optimiste du chantier du gazoduc, l'ouvrage conclut sur le thème social, absent tant dans l'UE que dans l'UMA, qu'il devrait peut-être servir de recentrage aux relations entre les partenaires du bassin occidental de la Méditerranée.

N. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc