×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Salafia Jihadia: Reports en série

Par L'Economiste | Edition N°:1600 Le 12/09/2003 | Partager

. Plusieurs procès ont été ajournés à Casablanca et Fès. Des peines de 5 à 15 ans pour le groupe Massoud AfilalJeudi 11 septembre, la Chambre criminelle de la Cour d'appel de Casablanca a annoncé successivement sa décision de reporter d'une semaine l'examen du dossier de l'avocat Abdellah El Aamari et celui d'un groupe d'adeptes de la Salafia Jihadia, officiellement pour permettre à leurs avocats de préparer leurs plaidoiries. Rappelons qu'El Aamari est poursuivi pour association de malfaiteurs, assistance à un individu recherché et participation à une tentative d'évasion. Il est en outre accusé d'avoir transmis des informations confidentielles à l'un des prévenus condamnés lors du procès du groupe de Youssef Fikri, affilié à la Salafia Jihadia. L'autre dossier dont l'examen est retardé concerne le groupe composé d'Abdesslam Ballouk, Abdelhak Kindry, Azzedine Abou Wafa, Saïd Bennirou et Rachid Kennaoui, également membres de cette mouvance. . Actes terroristesIls ont à répondre aux chefs d'inculpation suivants: association de malfaiteurs en vue d'actes terroristes et non-dénonciation de criminels. Au même moment à Fès, la Chambre criminelle dépendant de la Cour d'appel a également décidé de décaler à lundi prochain le procès d'Abdelali Al Moujahidi, membre présumé de la… Salafia Jihadia. Accusé notamment d'avoir agressé un policier à l'arme blanche, son audition a été retardé pour lui permettre d'être assisté par un avocat.Pendant ce temps, d'autres procès ont suivi leur cours. Ainsi, les auditions du groupe Filali se sont terminés mercredi soir à la Cour d'appel de Casablanca. Ahmed Filali Azmir, avocat de son état, et Abdelkbir Goumra, Abdeslam Kolay et Mohamed Habibi sont également soupçonnés d'appartenir à la Salafia Jihadia et d'être impliqués dans la préparation des attentats du 16 mai. Plusieurs actes d'enlèvement et de séquestration leur sont reprochés, mais les trois coaccusés de Filali ont rejeté l'ensemble des accusations qui leur sont faites. . Convocation des témoins à chargeToujours dans le cadre de ce procès, dont les plaidoiries devraient commencer mardi prochain, les avocats de la défense ont demandé et obtenu que soient convoqués les témoins à charge ainsi que l'officier de police responsable de la rédaction du procès-verbal. Enfin, à la Cour d'appel de Rabat, le procès du groupe Massoud Afilal s'est terminé dans la nuit de mercredi à jeudi avec l'énoncé des peines. Si Massoud Afilal s'en tire avec une amende de 5.000 DH -la Cour ayant décidé de ne pas tenir compte des faits qui lui sont reprochés-, il n'en va pas de même pour ses coaccusés. Tous ont en effet été condamnés à une amende de 500.000 DH à laquelle s'ajoute entre 5 et 15 ans de prison ferme. Accusés notamment d'avoir constitué une bande criminelle, collecté des fonds à l'étranger et falsifié passeports et cartes d'identités nationales en vue de préparer et commettre des attentats terroristes, ceux-ci avaient déclaré avoir signé leurs aveux “sous pression et contrainte”. Leurs avocats avaient ainsi réclamé l'acquittement pour “absence de preuves”. Un argumentaire qui n'a, semble-t-il, pas été du tout du goût de la Cour.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc