×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Salafia Jihadia: «Gare à la récupération du 16 mai»

Par L'Economiste | Edition N°:1563 Le 17/07/2003 | Partager

. La défense a averti la Cour de ne pas se laisser influencer par les événements de mai dernier Saïd Driss et Mounir Louzi ont comparu hier, mercredi 16 juillet, en début de matinée devant la chambre criminelle près la Cour d'appel de Casablanca. Trois autres prévenus ont été auditionnés dans le cadre d'une même affaire. Il s'agit de Yassine Lemles, Youness El Hazzat et Saïd Saleeh. L'audience d'ouverture du procès des six membres du groupe dit d'Ahmed Rafiki, alias Abou Houdaifa, a été reportée à aujourd'hui jeudi 17 juillet, le temps que les avocats de la défense puissent préparer leurs plaidoiries. Saïd Driss a été le premier à être appelé à la barre. Très sûr de lui, il mettait beaucoup de vigueur dans ses réponses aux questions du juge. Driss, qui est devenu «musulman pratiquant« en 1997, récuse l'appellation de Salafia Jihadia. Il se considère «comme n'importe quel autre musulman observant les préceptes de la Sounna et la Jamaa. Quant à ses lectures, Driss affirme qu'elles sont variées et concernent aussi bien la théologie que le marxisme et la laïcité. Il a, par ailleurs, rejeté l'accusation d'avoir distribué des tracts vantant la doctrine de la Salafia Jihadia. Il reconnaît néanmoins que «le Jihad devrait être pratiqué uniquement contre ceux qui déclarent la guerre aux musulmans«. En revanche, il a été catégorique contre ceux qui «s'arrogent le droit de traiter les musulmans d'impies«. Driss a évoqué le nom de Khalid Essimi, ancien agent de police. «Il m'a souvent proposé, sous couvert d'appel au Jihad, de l'aider à bombarder des lieux et à tuer des personnes. Une offre qu'il avait refusée «puisque contraire à la Chariaa«, confia-t-il. Tout comme la proposition de cambrioler une banque. Mounir Louzi, le coaccusé a été moins prolixe. Il a murmuré au juge avoir donné son passeport au dénommé Yassine Lemles, qui l'aurait falsifié pour permettre à une autre personne de quitter le pays. Ce que Lemles a nié lors de la confrontation avec Louzi. Lors de son réquisitoire, le procureur général a affirmé que tout dans les actes de Saïd Driss et Mounir Louzi indique leur implication dans la constitution d'une bande criminelle qui prône le Jihad et l'appropriation abusive des biens d'autrui. Au cours de sa plaidoirie, Hassan Lmahi, avocat de Saïd Driss, a commencé par demander à la Cour de «situer l'affaire dans son vrai contexte et de ne pas se laisser influencer par les événements du 16 mai«. Il a par ailleurs expliqué que les éléments constitutifs d'une bande criminelle, à savoir l'existence de plusieurs personnes enrôlées et l'exécution d'actes condamnables, «ne sont nulle part mentionnés dans le PV«.


Trafic de passeports

Yassine Lemles, 24 ans, qui a comparu hier devant la Cour d'appel de Casablanca avec Youness Hezzat, 24 ans, et Saïd Saleeh, 26 ans, est poursuivi pour constitution de bande criminelle et tentative de falsification de passeports. Il est accusé d'avoir vendu trois passeports au dénommé Ali Ouazli contre la somme de 5.750 DH. Ce dernier devait les faire parvenir à des moudjahidins marocains en Afghanistan à titre de soutien logistique. Pour sa part, Youness Hezzat est poursuivi pour avoir procuré trois autres passeports à Lemles. Quant à Saïd Saleeh, il aurait été utilisé à son insu comme intermédiaire entre Lemles et d'autres complices qui oeuvraient pour le soutien des moudjahidins.Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc