×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Safi: L'érosion de la falaise met en danger un quartier

Par L'Economiste | Edition N°:1728 Le 18/03/2004 | Partager

. La houle a creusé des cavités, l'eau de mer s'infiltre sous certaines maisons. Des habitations menacent de s'effondrer Tout un quartier va disparaître et 800 familles devront encore être délogées. Leurs habitations sont situées sur la falaise abrupte Amouni au bord de la mer. La houle a creusé au fil des ans des cavités profondes devenues par endroits visibles sous les maisons. Une étude est menée par le ministère de l'Equipement au niveau de toute la falaise, explique Larbi Hassani-Sabbari, wali de la région Doukkala-Abda et gouverneur de la province de Safi. La falaise Amouni s'étend sur 12 km, de Borj Nador au nord vers la sortie de la ville jusqu'aux usines de l'OCP dans la partie sud. Au nord, la falaise ne contient pas de cavités, avec cependant des parois rocheuses fragiles. Dans sa partie sud, une quarantaine de galeries se sont creusées au fil des siècles par la mer. L'objet de l'étude est de déterminer la forme des cavités et leur dimension en examinant en détail leur profondeur. L'étude prévient contre les risques évidents d'effondrement de la falaise dans sa partie sud. La province a mis sur pied un projet étalé sur 2 ans pour le relogement des 800 familles d'Amouni. Le Conseil de la région, la municipalité et le secrétariat d'Etat à l'Habitat se sont attelés pour le financement de ce projet. Déjà, 150 familles ont été relogées dans des maisons “semi-finies” en contrepartie de 10.000 DH. Le programme est initié avec l'Erac Tensift de Marrakech. L'objectif est de reloger 400 familles dans un lotissement moderne au cours de 2004. Les 400 familles restantes le seront au cours de 2005, explique le wali. Sont concernées par le projet 150 autres familles de l'ancienne médina avec des constructions qui menaçaient ruine. Fortes des expériences passées, les autorités locales s'occupent des déplacements des familles en mettant à leur disposition des camions pour les déménagements. Les maisons abandonnées sont aussitôt détruites pour éviter qu'elles ne soient squattées. Il est attendu que l'étude propose des variantes pour la sauvegarde de la falaise Amouni. L'Agence urbaine est, de son côté, en train de préparer un projet de corniche qui sera créée après avoir résolu le problème des habitations, ajoute Larbi Hassani-Sabbari.


Château de Mer

Une partie de la muraille du site historique le Château de Mer se trouvant également sur la falaise Amouni a été emportée par la houle en 2003. “Nous avons déplacé les canons pour les sauvegarder”, indique le wali. La région a financé un projet de 1,1 million de dirhams pour stabiliser la galerie en dessous du Château de Mer. Une protection a été érigée autour du site pour reconstruire la muraille. Et il a été procédé au rembourrage de la cavité par des enrochements et du béton.Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc