×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Russie: La réforme patine, les prix grimpent

Par L'Economiste | Edition N°:16 Le 13/02/1992 | Partager

Cela fait exactement un mois que les prix de la CEE ont été libérés. Et on espérait que cette soit-disant libéralisation remplirait les magasins et réduirait les files d'attente. Bien au contraire, celle-ci a eu pour effet d'augmenter les prix. Ces derniers ont en effet quintuplé lors de la "libération" avant de reflamber depuis le mois de Janvier. Le saucisson qui coûtait entre 10 et 12 roubles est aujourd'hui introuvable à moins de 160. D'après la Pravda, le panier de la ménagère coûte actuellement entre 1.500 et 2.000 roubles mensuels, soit cinq fois le salaire minimum. Au vu de ces chiffres, neuf dixième de la population se rapprocheraient du seuil de pauvreté. Face à cette flambée des prix, les salaires n'ont été multipliés que par 2 dans la fonction publique. Mais, en fait, cette augmentation n'a touché que les trois quarts des entreprises. Alors que la population déplore cette nouvelle "atmosphère", quelques analystes et économistes se permettent d'annoncer que la situation revêt des aspects positifs, notamment la remontée de la valeur du rouble (150 roubles par billet vert) depuis que les banques affichent leur manque d'argent. En outre, la montée en flèche des prix aurait freiné l'inflation sur les marchés. "Ce qu'on nous présente sous le nom de libération des prix n'est en fait qu'une confiscation de l'argent en circulation par le pouvoir et ses protégés" Pour revendiquer cette situation, des groupes issus du PCUS ont appelé à une manifestation, le 9 Février. S'il y a eu avancée sur le plan idéologique, l'économie s'immobilise. Les gens au pouvoir n'auraient pas intérêt à ce que la réforme soit immédiatement entamée, dit-on!

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc