×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Rush sur les guichets bancaires

Par L'Economiste | Edition N°:672 Le 31/12/1999 | Partager

· Les attitudes varient entre le retrait, le virement dans les comptes sur carnet ou la demande de relevé de comptes

· Les clients déplorent le déficit de communication


Deux jours avant la date-butoir, la fièvre du bug est montée d'un cran dans les agences bancaires de Casablanca, surtout après l'annonce de la fermeture des guichets le vendredi 31 décembre. Les banques sont assaillies par des clients petits et moyens. Les agences bancaires ne désemplissent pas, et elles doivent faire face à de retraits massifs d'argent. Face à l'incertitude du bug, la clientèle adopte trois types d'attitudes: les plus radicaux, et c'est la majorité selon les banquiers, retirent l'intégralité de leur épargne. D'autres, à titre préventif, demande des relevés de comptes. Enfin, la troisième catégories chosit la migration de leurs comptes à vue vers un compte sur carnet. "Une opération qui sécurise mon épargne et aussi mon salaire", confie un client pas du tout rassuré malgré les assurances affichées par les banques.
En réaction à cette situation, le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) se contente de réitérer que ses membres ont pris les précautions nécessaires pour assurer le passage de leurs systèmes informatiques vers le prochain millénaire.

Ce discours optimiste n'a pas réussi à convaincre le grand public. "Ma banque communique bien sur son image. Paradoxalement, elle n'a pas pris la peine de m'adresser un courrier m'informant sur les précautions à prendre avant le jour J", se lamente un client furieux contre le caissier qui lui demande de patienter pendant deux heures, le temps que l'agence s'approvisionne auprès de la banque centrale.
Il faut dire que, dans la gestion du risque lié au bug, les banques sont passées à côté de la communication. Très peu d'entre elles ont contacté directement leurs clients pour les "tranquiliser".
La semaine dernière, Bank Al-Maghrib a adressé une circulaire aux banques les exhortant à s'alimenter suffisamment en liquidités en vue de répondre à la hausse de demandes prévisibles de retrait d'argent. La banque centrale s'est engagée à mettre à la disposition des opérateurs bancaires une liquidité suffisante pour répondre à la demande de paiement des fonctionnaires, des retraités, des boursiers et des militaires.

Dans plusieurs agences, le flot important des clients qui ont débarqué dès l'ouverture des guichets a entraîné une recentrage des ressources au point de dédier la majorité du personnel pour répondre aux demandes de retrait. "C'est le cas de l'une de nos agences à Oujda où tout le personnel a été mobilisé pour gérer les opérations de retrait", indique un chargé de clientèle qui a requis l'anonymat.
Même les guichets automatiques bancaires (GAP) n'ont pas échappé à la vague de retrait au moins de faibles montants. La pression a entraîné la fréquence des pannes. Depuis hier, plusieurs d'entre eux sont hors service, d'autres sont alimentés d'anciens billets.
Pour parer à cette bousculade, plusieurs entreprises avaient décidé dès le début de la deuxième quinzaine d'anticiper les ordres de virement des salaires de leurs employés.


Une tour d'observation au SEPTI


LE Comité An 2000 a mis également en place une "Tour d'Observation An 2000". Installée au siège du SEPTI, elle est opérationnelle depuis la semaine dernière. Cette tour est constitué de trois pôles: les éditeurs et les constructeurs qui vont fournir de l'information sur la compatibilité de leurs produits, les représentants des départements critiques (ONE, ONDA, MT, sécurité nationale...) ainsi qu'une interface de contact avec l'observatoire international pour le passage de l'an 2000. Pour en savoir plus, voir site Internet: www.septi.gov.mao
Tél: 07 20 75 75/20 68 68

Rachid JANKARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc