×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Rhône-Poulenc présente un plan environnement

    Par L'Economiste | Edition N°:30 Le 21/05/1992 | Partager

    Le chimiste français Rhône-Poulenc a présenté Mardi 12 Mai un plan environnement de trois ans (1992-94). Basé sur la prévention des accidents et des pollutions accidentelles et sur la diminution des déchets, ce programme se veut un "outil de prévision" et de "mobilisation interne" qui permet "d'identifier les situations à corriger ou à améliorer en matière de contrôle des pollutions" explique le Directeur Général du groupe Jean-Marc Bruel.
    Le plan mis au point par Rhône-Poulenc s'applique alors à toutes ses usines dans les 72 pays où il est présent.

    Le groupe chimique s'est également engagé à réduire tous ses effluents et déchets dans le monde de 50% d'ici 1995 et de 65% en l'an 2000.
    A cet effet, la firme a mis au point trois "indices environnement" mesurant les rejets dans l'eau, dans l'air et les déchets provenant de l'ensemble de ses usines. Chaque indice est donc composé d'une série de paramètres tels que la teneur en oxyde d'azote, en oxyde de souffre ou en poussière.

    Les premiers investissements entrepris ces dernières années ont déjà permis au groupe de réduire de 80% en quinze ans ses rejets de matières oxydables dans l'eau, de diminuer de 34% en sept ans ses rejets atmosphériques et de valoriser, enfin, 31% de ses déchets.
    Rhône-Poulenc a en outre décidé de réviser annuellement son plan environnement en fonction des résultats obtenus et de publier son bilan "vert".
    Le budget total du groupe pour l'environnement s'est élevé à 2 milliards de Francs en 1991 et devrait rester du même ordre cette année, voire d'ici 1995.
    Le respect du vert représente ainsi un surcoût de 20 à 25% sur un investissement industriel, précise M. Bruel.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc