×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Retro 2003
La Bancassurance réglementée

Par L'Economiste | Edition N°:1674 Le 31/12/2003 | Partager

Le nouveau code des assurances, entré en vigueur le 7 novembre dernier, a réglementé l'activité bancassurance des établissements de crédit. Ses dispositions les obligeaient à disposer d'un agrément pour commercialiser des produits d'assurance-vie, épargne, assistance ou encore de crédit. Les polices d'assurances “dommages” étant exclues du panier autorisé à commercialiser. Les banques devaient ainsi demander un agrément pour ce schéma de négoce pour continuer à percevoir des commissions sur le volume d'affaires traité. Les produits d'assurance-vie, épargne, assistance ou crédit, jusque-là distribués dans le cadre d'un contrat-groupe conclu avec une compagnie, devaient être individualisés.Une grande polémique avait alors éclaté autour des dispositions de la nouvelle bible des assureurs, les banques accusant les autorités de tutelle de casser leurs modèles de partenariats avec les compagnies d'assurances. Ils s'accordaient à dire que l'avenir de l'assurance passe par sa commercialisation via les réseaux bancaires.. Un fonds d'un milliard de DH pour financer l'agro-industrielLa BCM et la société financière française Unigrains se sont associées dans la création d'un fonds d'investissement, doté d'un montant d'un milliard de dirhams, pour le financement et l'accompagnement des entreprises agroalimentaires. Ce fonds, qui sera mis en place courant 2004, “devrait susciter, en quelques années, un volume global de 7 milliards de DH d'investissements”, notaient ses initiateurs lors de l'annonce de sa création. Ce nouveau fonds vise à répondre aux demandes en termes de produits agroalimentaires du marché intérieur marocain et de l'export. Pour ses initiateurs, trois raisons augurent d'un développement rapide de l'agroalimentaire au Maroc. D'abord, l'évolution du marché intérieur liée à la mutation du système de distribution. Ensuite, les spécificités des productions agricoles marocaines qui constituent un atout pour l'exportation. Enfin, la capacité du Maroc à pouvoir s'orienter également vers des valorisations non alimentaires de sa production agricole.B. E. Y.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc