×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Résultats CDG
Communiquer, pour quoi faire?

Par L'Economiste | Edition N°:3507 Le 13/04/2011 | Partager
Mesurer les attentes, voire les inquiétudes
Dialoguer avec l’environnement
A rebrousse-poil du célèbre alibi du «droit de réserve»

La CDG n’est pas tenue de rendre compte publiquement de ses exercices financiers. Le Conseil de surveillance, le comité d’audit et le contact permanent avec le Trésor, ont suffi au bonheur du législateur, lequel, depuis la création en 1959, a peu retouché la gouvernance de la Caisse.


Au-delà de l’obligation légale


Mais les usages, eux, ont évolué. La reddition des comptes est devenu un impératif éthique, qui va au-delà des textes. La Caisse avait manqué le rendez-vous de l’année dernière. Elle se rattrape cette année en mettant un soin tout particulier à ce travail. Anas Alami, le directeur général, explique que «pour ce qui le concerne», la communication avec les citoyens via les médias est un outil qu’il fait fonctionner dans les deux sens: «Vos questions sont pour nous des témoins des attentes du public à l’endroit de la Caisse». Il ajoute un deuxième argument en faveur de la transparence: «ne sommes-nous pas une entité qui recueille et gère l’argent du public?». Et l’on entend qu’il se donne pour devoir de communiquer comme n’importe quelle entreprise qui fait appel public à l’épargne, même s’il y a une nuance entre «recueillir» et «faire appel».
Et puis troisième argument, un peu plus sophistiqué que les deux précédents: rassurer. Il explique qu’en effet, l’action de la Caisse engendre forcément des attentes, des questionnements et peut-être même des inquiétudes. Il est alors nécessaire d’expliquer, d’annoncer, de mettre en discussion les actions de la CDG, dans une sorte de dialogue informel avec l’environnement. Il n’emploie pas le terme de «stakeholders», mais l’idée y est bien. Il s’agit d’un concept inventé aux Etats-Unis, il y a une petite dizaine d’années, concept par lequel les économistes décrivent l’influence qu’a, ou que doit avoir, l’environnement (au sens de «partie prenante», de «voisinage») dans la conduite des entreprises.


Les trois motifs de la Caisse


La position de la CDG montre qu’elle a mûri cette option de communiquer sans obligation légale. Cette maturation n’est pas banale dans un contexte où la faute d’expression la plus répandue est «avoir du droit de réserve» au lieu d’employer ce que dit vraiment le texte c'est-à-dire «avoir un devoir de réserve». Ce n’est évidemment pas la même chose, puisque c’est strictement le contraire. On devine bien l’état d’esprit d’un haut responsable qui fait valoir son «droit de réserve»… Une expression que ni Alami, ni ses cadres dirigeants n’ont employée lors de la conférence de presse lundi 11 avril, même si on les «piquaient» un peu fort. Au contraire puisque lorsque, dans la forme ou dans le fond, une question les surprend, ils cherchent à en comprendre le sens pour ne pas faillir au devoir de répondre.
Néanmoins et globalement, dans un contexte de «droit de réserve» généralisé, la notion hautement revendiquée de «reddition des comptes» devient quasiment révolutionnaire. Ce n’est pas un hasard d’ailleurs si elle était présente parmi les mots d’ordre des manifestations du 20 février et du 20 mars derniers.
La demande de reddition des comptes est devenue permanente dans les débats politiques. Pourtant, malgré la force des mots qu’elle mobilise, cette revendication s’arrête pile au début du chemin. Elle ne se préoccupe ni des délais, ni des supports, ni des formes… que doit prendre cette reddition des comptes. La CDG en propose une panoplie, qui va du compte rendu au Trésor jusqu’à la conférence de presse, en passant par la distribution de clefs usb avec les comptes.

N. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc